Retour sur l’année 2018

Caritas International Belgique Retour sur l’année 2018
Caritas International Belgique Retour sur l’année 2018
Caritas International Belgique Retour sur l’année 2018

© Isabel Corthier (2-3)

© Isabel Corthier (2-3)

21/12/2018

De l’équipe Caritas qui a couru les 20 kilomètres de Bruxelles, aux jeunes de Belgique et du Liban qui se sont écrits des lettres d’espoir. De l’Indonésie à la République démocratique du Congo, où une aide d’urgence impérative a été apportée… 2018 fut une année riche en mouvements et en dévouement.

Janvier : regroupement familial

2018 a bien commencé pour Nizar, mineur étranger non-accompagné originaire de Syrie et en exil depuis plus de deux ans. Après une procédure de regroupement familial longue et complexe, il a retrouvé sa mère, ses frères et sa petite soeur fin janvier. Ils sont aujourd’hui motivés à profiter au mieux de leur nouvelle vie en Belgique.

Février : pactes mondiaux des Nations Unies

En février, nous avons reçu le projet des deux pactes mondiaux de l’ONU : l’un portant sur les réfugiés et l’autre sur les migrations sûres, ordonnées et régulières. Le gouvernement belge sollicitait l’avis de Caritas au vu de son expérience du terrain. Nous avons indiqué, dans notre analyse, que le pacte sur la migration constituait une bonne base pour une politique migratoire mondiale améliorée et plus cohérente.

Mars : les 20 km de Bruxelles

Deux de nos collègues, Lucie et Matthias, se sont déjà échauffés en mars pour les 20 km de Bruxelles, motivant – au passage – tout un tas d’autres personnes. En 2019, une équipe Caritas sera à nouveau dans les starting blocks. Pour la prochaine édition, nous visons encore plus de coureuses/eurs pour encore plus de plaisir sportif !

Avril : bourses d’étude pour enfants réfugiés

« J’ai expliqué à ma mère qu’il s’agissait d’une chance en or », confiait Stella Samson, originaire du Soudan du Sud. Auparavant, celle-ci suivait des cours au sein du camp de réfugiés Bidi Bidi, où les classes varient entre 120 et 150 élèves et où le matériel pédagogique est très réduit. Grâce à son travail, ses bons résultats scolaires et une bourse obtenue via Caritas, elle étudie désormais dans l’une des meilleures écoles d’Ouganda.

Mai : jeunes en exil

En mai, nous avons reçu un courrier réconfortant du Liban. Les camarades syriens de nos correspondant-e-s libanais-e-s avaient répondu aux lettres que nos jeunes belges avaient envoyées dans le cadre de notre projet “Jeunes en exil”.

Juin : partager le chemin

L’été 2018 fut ensoleillé et riche en rencontres ! Nous avons encouragé autant de monde possible à rentrer en discussion avec des personnes migrantes. Pour cela, nous avons organisé une expérience un peu spéciale et proposé plusieurs moments de rencontres dans diverses villes belges.

Juillet : un chez-soi, c'est quoi ?

Chacun-e mérite d’avoir un lieu synonyme de bien-être et sécurité. Au travers de notre campagne #whatishome nous nous sommes demandé ce que cela signifiait d’avoir un chez-soi, et avons recherché les liens existants entre migration et développement.

Août : la Belgique enferme des enfants

2018 est également l’année durant laquelle la Belgique a recommencé à enfermer des enfants pour des raisons migratoires. La détention a de graves conséquences sur la santé mentale et physique des personnes concernées et Caritas s’oppose à cette pratique. Vous aussi, montrez votre indignation en signant la pétition.

Septembre : Niger

Au Niger, de nombreuses routes migratoires convergent. Il s’agit principalement de migration saisonnière et régionale, mais certaines personnes souhaitent également se rendre en Europe. L’Union européenne a octroyé des millions d’euros à des pays africains tels que le Niger afin de lutter contre la migration, avec toutes les conséquences que cela implique pour la société locale. Ci-dessus, notre interview avec Abdoul Moumouni Illo, directeur de Caritas Maradi.

Octobre : Indonésie 12-12

Au lendemain des tremblements de terre et du tsunami qui ont frappé l’Indonésie, nous avons unis nos forces avec d’autres organisations au sein du Consortium 12-12. Jour après jour, nous avons suivi les avancés de l’aide apportée par nos collègues sur place.

Novembre : centre d’accueil à Scherpenheuvel

Notre centre d’accueil à Scherpenheuvel, het Peterskasteel, a connu une année agitée. En mars, le conseil ministériel décidait d’y suspendre l’accueil des demandeurs d’asile. Il est revenu plus tard sur sa décision. Après une courte période de fermeture, de nouvelles familles sont arrivées en novembre. Nous accueillons aujourd’hui, principalement, des demandeurs d’asile vulnérables.

Décembre : aide d’urgence en RD Congo

En décembre, nous annoncions la distribution de fournitures d’urgence pour 430 familles vulnérables à Kakenge, dans la province du Kasaï. Caritas fut la première organisation à prévoir une aide d’urgence sur place.

Vous décidez : comment faire mieux en 2019 ?

Et vous, quels événements vous ont marqué en 2018 ? Notre organisation vous a-t-elle inspirée à agir ? Dites-le nous sans plus attendre en remplissant notre court sondage. Un grand merci !

Actualités associées

Caritas International Belgique « La rencontre fait souvent office d’élément déclencheur pour l’insertion des personnes réfugiées » [Long read]

« La rencontre fait souvent office d’élément déclencheur pour l’insertion des personnes réfugiées » [Long read]

À quelles difficultés sont confrontés les réfugiés ? Quelle société voulons-nous pour eux ? Notre collègue, Ariane Dewandre, coordinatrice d’un projet d’accompagnement des réfugiés reconnus et professeur du cours d’éducation sociale,…

Lire plus
Toutes les actualités