Jour après jour aux côtés des victimes du tsunami en Indonésie

Caritas International Belgique Jour après jour aux côtés des victimes du tsunami en Indonésie

© Redux/CRS - Putu Sayoga

© Redux/CRS - Putu Sayoga

16/10/2018

Les dégâts causés par les tremblements de terre et le tsunami à Sulawesi sont énormes : maisons, écoles et hôpitaux ont été détruits. Il n’y a plus d’électricité. Le réseau routier a été complètement anéanti. Le nombre de morts, de blessés et de sans-abris ne fait qu’augmenter. L’équipe de Caritas est sur place et vous tient informés, jour après jour, des actions de secours réalisées grâce à vos dons.

16 octobre 2018

Caritas et ses organisations partenaires ont actuellement désigné neuf zones prioritaires dans les districts de Palu, Siggi et Donggala. Nous y distribuons des articles de première nécessité à plus de 10.000 familles. Une fois que le marché local le permettra, nous mettrons en place un système de CASH transfert pour que les familles puissent acheter elles-mêmes ce dont elles ont besoin.

À la fin de la semaine, 6.000 familles auront reçu de la nourriture, un kit WASH (savon, shampoing, brosse à dents, dentifrice, serviette, serviettes hygiéniques et détergent) et des articles non alimentaires (moustiquaire, draps, matelas, serviette, jerrycan).

Des volontaires préparent des articles de première nécessité à l’Eglise catholique de Santa Maria à Palu en Indonésie.

Les dégâts causés aux habitations varient d’une région à l’autre. 80% des habitations de la zone côtière ont été détruites. 9.900 familles auront reçu des bâches de tente d’ici la fin de la semaine. Avec la liquéfaction des sols – c’est-dire les terres devenues meubles – les habitations et structures ont parfois été déplacés sur de grandes distances. Le gouvernement n’a toujours pas mis en place de directives afin de déterminer comment les droits de propriété dans ce genre de cas doivent être délimités pour savoir qu’est ce qui est à qui.

12 octobre

Des milliers de personnes sont toujours bloquées dans des zones inaccessibles. La nourriture et l’eau se font rares. Il reste difficile de transférer des marchandises des régions voisines en raison de strictes procédures en place.

Suite à l’évaluation des besoins réalisée la semaine dernière, Caritas met tout en œuvre pour apporter de la nourriture, de l’eau, des soins médicaux et des couvertures aux survivants de la catastrophe. 50 familles ont reçu 50 kg de riz, d’huile, de l’eau, des conserves de sardines et des Pampers. Une distribution de couvertures, kits d’hygiène, seaux, matelas, sarongs et sardines en conserve a été faite à 550 familles. 1.036 familles ont reçu des colis de nourriture et 1.000 familles de l’eau potable. Plusieurs équipes médicales de Caritas apportent aussi leur aide et ce, aussi en plein air.

Bientôt, un programme d’urgence détaillé sera mis en place afin d’aider les victimes les plus vulnérables pour les trois prochains mois. Il sera complémentaire à l’aide d’urgence apportée par les organisations gouvernementales et les ONG locales.

8 octobre

Dans la région de Palu, Caritas a entre-temps amené environ 7 tonnes de riz, 500 bidons d’eau potable, 250 paquets contenant des draps, des kits d’hygiène, des seaux, des bâches, des nattes, des sarongs et des sardines en conserve. Les achats ont été faits à Makassar (capitale de Sulawesi) car les villes autour de Palu n’avaient pas assez de stock. L’électricité à Palu est en train de revenir. Quelques stations d’essence sont à nouveau ouvertes mais les files sont longues.

Selon la dernière évaluation faite par les Caritas locales, les besoins actuels concernent principalement les abris, l’eau saine et la nourriture surtout pour les enfants de moins de cinq ans. Les personnes peuvent difficilement se déplacer en raison du manque d’essence, de l’état des routes et des problèmes de sécurité, ce qui rend l’accès à l’aide d’urgence plus difficile. « Certains endroits n’ont pas encore reçu d’aide en raison de leur localisation dans les hauteurs » a déclaré Rudy Raka, employé de Caritas de la ville de Palu.

5 octobre

Une semaine après les tremblements de terre et le tsunami, le bilan officiel de cette catastrophe s’élève à présent à 1.558 victimes. En outre, on recense 1,5 million de personnes en attente d’aide humanitaire.

« J’ai interrogé beaucoup de personnes du village de Jonohoge pour comprendre l’ampleur et le type d’aide nécessaire », explique Fatwa Fadillah, l’un des employés de Caritas sur place. « Je me souviendrai toujours de cette femme. Elle a fondu en larmes quand je lui ai parlé. Elle tenait son bébé de trois mois pendant que son autre enfant de quatre ans jouait un peu plus loin. Elle ne m’a pas dit son nom mais son visage et son histoire resteront toujours gravés en moi. »

Pour des employés comme Fatwa, qui travaille dans la ville Palu fortement touchée par la catastrophe, l’aide d’urgence est aussi une question personnelle car ce pays est sa maison.

4 octobre 2018

Caritas Indonésie va mettre en place un centre de coordination à Makassar à partir duquel elle apportera son aide. De nouveaux volontaires arriveront vendredi depuis Jakarta. Entre-temps, un camion Caritas contenant de la nourriture et de l’eau est arrivé à Palu. Le transport est un réel défi : les dégâts dus aux tremblements et tsunami, et la pénurie d’essence impliquent que les travailleurs humanitaires doivent tenter d’atteindre les victimes à pied.

Les personnes ont besoin de nourriture, d’abris mais surtout d’aide médicale. Les hôpitaux sont surmenés et les conditions hygiéniques catastrophiques. Les équipes médicales de Caritas aident là où elles peuvent, si nécessaire en plein air. Le réseau téléphonique est partiellement perturbé et beaucoup de rues sont difficilement accessibles, ce qui rend le travail difficile. Aujourd’hui, une équipe d’une quarantaine de docteurs, d’infirmiers, de sages-femmes et de pharmaciens arrivent à Palu. L’équipe de Caritas va travailler avec les hôpitaux locaux et des cliniques mobiles.

3 octobre 2018

Caritas est présent à Palu pour une évaluation de la situation. Ensemble avec les gouvernements locaux et d’autres organisations d’aide, l’ONG rassemble les informations nécessaires afin de répondre rapidement à la crise et près des besoins. Les besoins essentiels identifiés jusqu’à présent sont : nourriture, non-food items, eau potable, abris, kits d’hygiène, latrines et soutien psychologique.

Deux petites organisations de Caritas sont actives sur l’île de Sulawesi : à Manado et Makassar. Géographiquement proches des zones touchées, elles sont les plus à même de répondre aux premiers besoins suite à la catastrophe. Pour cela, elles reçoivent le soutien de la Caritas Indonésie et de la Caritas des Etats-Unis (CRS) qui ont notamment envoyé du personnel sur place. Caritas International Belgique a également libéré 40.000 € pour les premiers secours.

Caritas continue à s’appuyer sur son réseau mondial et local pour faire face à cette crise mais les besoins sont énormes et les moyens manquent.

Découvrez les premières images qui nous sont parvenues.

Ensemble pour sauver plus de vie

Pour sauver un maximum de vies, Caritas International et les autres membres du Consortium 12-12 ont lancé l’action Indonésie 12-12. Pour offrir une réponse humanitaire adéquate face à une telle crise, des moyens supplémentaires s’imposent. Faites un don sur notre plateforme en ligne, sur notre numéro de compte  BE88 0000 0000 4141 avec la communication «5986 Indonésie » ou sur www.1212.be.

Actualités associées

Toutes les actualités