« Les besoins sont énormes au Congo »

Caritas International « Les besoins sont énormes au Congo »
18/01/2018

« La crise la plus négligée de 2017 ». C’est ainsi que l’agence de presse Reuters décrivait la RD Congo fin 2017. En grande partie à cause de la situation d’urgence au Kasaï où les violences sévissaient depuis plus d’un an déjà. Willem Vervaeke, notre responsable des projets en RDC, suit cette situation au quotidien. Voici son regard sur la situation actuelle en 3 questions.

Quelle est la situation au Kasaï à ce jour ?

Willem Vervaeke : « Tous les jours des messages nous parviennent via notre système de veille humanitaire. Mais la nature de ces messages a changée. Avant, les gens rapportaient des violences ou des combats. Aujourd’hui, il s’agit avant tout d’écoles ou d’hôpitaux qui doivent être reconstruits, du besoin d’accompagner et d’aider les habitants qui reviennent au village,… Il y a donc moins de violences mais la crise peut s’embraser à nouveau à tout moment. La tranquillité actuelle reste fragile parce que les motifs profonds qui ont causé le conflit sont toujours présents au Kasaï et qu’il faut aussi tenir compte du contexte national. »

« Les besoins sont énormes. Selon le bureau des Nations-Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), près de 1,9 millions de personnes auront besoin d’une aide humanitaire dans la première moitié de 2018. Il s’agit essentiellement de familles qui ont dû fuir les violences et qui, aujourd’hui, progressivement retournent dans leurs villages. Elles sont notre focus actuel. »

Comment l’aide humanitaire s’organise-t-elle?

Willem Vervaeke : « Les messages du système de veille sont vérifiés par les différentes organisations présentes au Kasaï. C’est ce que nous appelons la réponse rapide aux mouvements de population (RRMP). Sur base de ces informations et avec les autres organisations partenaires, nous distribuons des kits d’aide humanitaire pour subvenir à leurs besoins vitaux. Ainsi, nous sommes certains que notre aide atteigne directement les plus vulnérables. Dans toute la région du Kasaï, nous avons déjà contribué à la distribution d’ustensiles de cuisine et de matériaux pour la construction d’abris pour 10.420 personnes. »

A quel besoin primordial Caritas apporte-t-elle une réponse aujourd’hui ?

Willem Vervaeke : « A cause du conflit, les habitants de la région ont déjà raté trois récoltes. Ils ont évidemment fui et abandonnés leurs terres. Dans de telles circonstances, impossible de planter ni de récolter quoi que ce soit pour se nourrir. A court terme, une aide alimentaire est donc absolument nécessaire. Dans un second temps, nous soutenons les personnes afin qu’elles puissent à nouveau travailler leurs terres et garantir leurs revenus de façon autonome. »


#KASAINOW

Dans l’indifférence générale, le Kasaï verse chaque jour un peu plus dans la crise. Caritas International et Justice & Paix vous invitent à prendre le temps d’écouter la parole de leurs partenaires locaux et des victimes de ce drame, pour en comprendre les causes et les conséquences, et rompre ensemble le silence. 5 vidéos, 4 volets, 1 analyse approfondie à découvrir et à partager ! Découvrez-les ici.

Actualités associées

Toutes les actualités