Présentation du nouveau « Parole à l’exil » : Les demandeurs d’asile irakiens et en particulier de Bagdad

Caritas International Présentation du nouveau « Parole à l’exil » : Les demandeurs d’asile irakiens et en particulier de Bagdad
18/08/2016

Caritas International a décidé, en partenariat avec le CIRÉ, d’éditer un Parole à l’exil un peu inhabituel qui se veut être un outil pour les personnes qui accompagnent et qui défendent des demandes d’asile d’Irakiens.

En 2015, les Irakiens représentaient la première nationalité de demandeurs d’asile en Belgique, devant les Syriens et les Afghans. Pour le seul mois de septembre 2015, ce chiffre atteignait le pic des 2.207 demandes d’asile dont un grand nombre provenaient de ressortissants originaires de Bagdad.

Très vite, de nombreuses questions émanant tant des demandeurs d’asile que de leurs accompagnateurs ont émergé. Les interrogations ont afflué davantage encore lorsque le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA) a décidé de geler provisoirement les prises de décisions pour les demandes d’asile des Irakiens originaires de Bagdad dans l’attente d’un réexamen de la situation sécuritaire pouvant ou non justifier l’octroi du statut de la protection subsidiaire.

Caritas International a par conséquent décidé, en partenariat avec le CIRÉ, d’éditer un Parole à l’exil un peu inhabituel qui se veut être un outil pour les personnes qui accompagnent et qui défendent des demandes d’asile d’Irakiens, notamment ceux originaires de Bagdad.

Une partie importante de ce numéro est dédiée à l’analyse des documents « COI Focus Irak – Conditions de sécurité à Bagdad » du Cedoca du 6 octobre 2015 et du 31 mars 2016 dès lors que le CGRA se base sur ceux-ci pour refuser le statut de protection subsidiaire aux ressortissants de Bagdad. Nos conclusions, après analyse, tendent au contraire à ébranler cette position en présentant des points de vue omis et sous-estimés par le CGRA, ou encore des informations actuelles.

Caritas International souhaite remercier tout particulièrement Lauranne Delforge, juriste volontaire, qui a passé de très nombreuses heures à analyser et compiler les informations contenues dans le présent numéro.

Actualités associées

Toutes les actualités