« Ce qui était loin à l’horizon est à présent à portée de main »

Caritas International « Ce qui était loin à l’horizon est à présent à portée de main »
Caritas International « Ce qui était loin à l’horizon est à présent à portée de main »
Caritas International « Ce qui était loin à l’horizon est à présent à portée de main »
30/04/2017

Après 9 ans en tant que président de Caritas International, M. Verhulst prend congé et passe le relais à son successeur : Frank de Coninck. Il revient sur ces dernières années, exprime quelques réflexions personnelles et surtout des remerciements.

Urgence & Développement en 2016

Chaque année nous réserve des surprises. Catastrophes humanitaires causées par l’ouragan Matthew en Haïti, par exemple. Bien plus douloureux car évitables, les désastres dûs aux conflits, comme en Syrie, entre autres. Pour faire face à ces drames, le département « Urgence & Développement » a réagi une fois de plus en soutenant la réponse des partenaires de notre réseau mondial et en les accompagnant.

En 2016, ce département a brillamment réussi l’examen d’agréation organisé par la Direction générale « Coopération au développement et Aide humanitaire » et obtenu le financement du nouveau plan quinquennal développé en collaboration avec la Commission Justice et Paix. Ce partenariat marque la volonté réciproque d’une approche globale de l’être humain par une aide multifacettes qui lui permet, à terme, de vivre avec dignité.

Asile & Migration en 2016

En matières d’Asile et de Migration, la surprise est venue de la décision du Gouvernement de réduire drastiquement les places en logements individuels pour les demandeurs d’asile. Pourtant, grâce à ce type de logements, plantés en pleine terre belge, ces familles, accompagnées par nos collaborateurs, ont l’opportunité de se familiariser à la vie dans une communauté locale en Belgique. Avec l’aide active de nos équipes en charge de l’accueil et de l’appui à ces migrants, cet effort a permis de déboucher le plus souvent sur une intégration rapide et harmonieuse. Hélas, les organisations non-gouvernementales qui – comme nous – organisent l’accueil de demandeurs d’asile en logements individuels voient leur nombre de places fortement réduit, voire annulé complètement. Pour le personnel particulièrement dévoué du département « Asile et Migration », le coup est rude. De plus de 1.000 personnes à accompagner selon ce modèle à taille humaine, il en reste moins d’une centaine avec pour conséquences l’évanescence de riches expériences accumulées au cours de tant d’années d’engagement en faveur de ces déshérités venus d’ailleurs et la perte de bon nombre d’emplois.

Sans vous, rien de tout cela ne serait possible

Notre acharnement à faire bien vivre, à bien être, cher lecteur et ami, c’est vous qui en êtes la source. Sans votre générosité, sans votre sens du partage, rien de tout cela ne serait possible. Caritas imploserait.

Au nom de tous nos partenaires, de toutes les personnes en détresse qui trouvent en Caritas un réconfort, de toutes nos équipes et de nos volontaires, je communie à votre joie d’avoir perçu que partager rend le coeur plus riche et plus heureux dès le matin, rend le visage plus apaisé et plus souriant. Partager est source de confiance offerte à l’autre.

2008 - 2017 : modernisation et rassemblement

Ces mots auraient pu se terminer ici. Toutefois, le temps passe, ce qui était loin à l’horizon est à présent à portée de main. Il est temps de passer le relais. Je prends congé de vous après neuf années de compagnonnage à la rencontre des plus vulnérables. Permettez-moi dès lors d’exprimer quelques réflexions personnelles et surtout des remerciements.

C’est en avril 2008 que Pierre Géhot me proposait de prendre la présidence du conseil d’administration de Caritas International. Avec le directeur Johan Ketelers, Pierre a modernisé en profondeur notre association, la recentrant sur l’Evangile. Depuis, le nouveau président et les directeurs successifs, Gonzalo Dopchie et François Cornet, appuyés par l’ensemble du personnel et des volontaires, ont concrétisé cette vision en rassemblant dans cette même rue de la Charité, les Caritas communautaires, fédérale et même européenne. Cette nouvelle implantation géographique a favorisé la convergence et la cohérence des activités de ces différentes composantes du bras caritatif de l’Eglise catholique belge. Cette collaboration croissante autour d’une même table débouche aujourd’hui non seulement sur des gestions communes dans le domaine logistique mais fait aussi avancer les échanges d’expériences et des partages de responsabilités pour aider les plus vulnérables, qui et où qu’ils soient.

Cette évolution est le fruit d’une vision commune initiée par mon ami Dominic Verhoeven, vice-président de notre association et directeur de Caritas Vlaanderen. Il en fut et en est aujourd’hui encore la cheville ouvrière.

Quelques réflexions personnelles

Ecrire une dernière fois quelques lignes en tant que président de cette formidable association est un moment privilégié, un temps de réflexion sur notre condition humaine, ce bien commun que nous partageons avec ceux que nous voulons aider à retrouver une dignité de
vie. C’est aussi une occasion de rechercher le message qui décrit le mieux l’engagement de l’équipe dont je ferai toujours partie. J’aime vraiment cette aventure partagée avec tous ceux dont les noms apparaissent dans les pages qui suivent, parmi lesquels les membres du comité
de gestion, outre les directeurs déjà cités, Marie-Paule, Bernard, Philippe, Patrick et Michel.

Dire « adieu », c’est poser en filigrane la question de l’Espérance. Nous reverrons-nous et sous quelle forme ? Père de cinq enfants et grand-père de 20 petits-enfants, je suis de plus en plus taraudé par ce sujet, tant le monde de la communication qui est le leur inonde d’informations, de prises de positions souvent contradictoires dans tous les domaines, de jeux si violents parfois, réduisant le temps de la réflexion personnelle sur notre place et notre action dans un univers infini.

Je souhaite à chacun d’eux de décider régulièrement de s’asseoir devant une feuille blanche, d’arrêter le chrono d’une vie trépidante, de faire silence autour d’eux et de chercher à savoir qui ils deviennent et pour quoi faire.

Permettez-moi aussi de rappeler que Caritas est « d’Eglise » et fier de l’être sous la houlette de nos remarquables évêques référendaires, Messeigneurs Aloïs Jousten, Luk Van Looy et récemment Jean-Pierre Delville. Nous nous sentons en communion avec eux qui prônent une Eglise qui, comme le disait notre Pape François, accompagne l’être humain, sans rien lui imposer ni lui interdire. Comment pourrait-il en être autrement puisque Dieu veut l’homme libre et responsable. Comment un être humain qui n’est pas libre pourrait-il aimer ?

Je les remercie ainsi que le président de la Conférence épiscopale, Monseigneur Léonard hier et son Eminence le Cardinal Jozef De Kesel aujourd’hui, pour la confiance qu’ils m’ont témoignée au cours de ces nombreuses années et aujourd’hui encore en acceptant  ma désignation comme président de Caritas in Belgium.

Mon successeur : Franck De Coninck

Enfin, trouver un successeur n’est jamais une mince affaire. Cette fois pourtant, ce fut d’une grande simplicité. Frank De Coninck et moi partageons cette vision d’une maison commune. Par une carrière hors du commun, il a acquis une expérience exceptionnelle de la société belge mais aussi du monde et en particulier de ces pays situés en Afrique centrale qui sont nos partenaires depuis tant d’années pour améliorer le sort de leur population. Son chemin l’a mené à Rome et lui a ouvert les portes de la Curie. Quelle chance pour Caritas que sa présence parmi nous pour guider avec assurance et présider avec diplomatie les multiples rencontres, commissions et réunions de Caritas international. C’est donc en parfaite harmonie que je lui passe le relais.

Actualités associées

Toutes les actualités