Vaincre le froid en Jordanie

Caritas International Belgique Vaincre le froid en Jordanie

© Caritas Jordanie - Abu-Abdallah, ici avec son fils cadet de deux ans.

© Caritas Jordanie - Abu-Abdallah, ici avec son fils cadet de deux ans.

13/12/2018

Abu-Abdallah est un homme chaleureux. Mais, contre le froid, il ne peut pas grand-chose. Et ce froid, il arrive. Un froid piquant, qui s’infiltre dans la maison par les fissures et glace les os. Et la pluie, la grêle, la neige… Abu-Abdallah est de nature optimiste, mais il devient sombre quand il pense aux semaines à venir. Voici pourquoi.

Voici cinq ans, il est arrivé avec sa famille en Jordanie – sans rien. En Syrie, Abu-Abdallah vendait des matériaux de construction et travaillait comme camionneur. Il gagnait alors bien sa vie et travaillait dur pour sa famille. Ils étaient heureux et l’avenir leur souriait. Abu-Abdallah considère que son devoir de chef de famille est de prendre soin de sa femme et de ses enfants en toutes circonstances, et ils n’ont jamais manqué de rien. Mais maintenant, en Jordanie la famille n’a plus rien.

Une vie dans la pauvreté en Jordanie

Aujourd’hui, c’est son fils ainé, âgé de 18 ans, qui nourrit la famille grâce à des petits boulots. « Je veux absolument travailler à un avenir meilleur pour mes enfants », dit-il. « Comme en Syrie où mon rôle de père me permettait de subvenir aux besoins de tous (…) Je voudrai bien retourner en Syrie mais pas avant que la paix n’y soit installée et que ce soit sûr pour les enfants. ».

En Jordanie, Abu-Abdallah ne trouve pas de travail : il y a peu d’emplois, surtout pour les réfugiés, et de nombreux Jordaniens vivent déjà dans la pauvreté… Dana Shaheen, chargée de communication pour Caritas Jordanie témoigne : « De nombreuses familles vivent dans des habitations délabrées, sans isolation ou chauffage. En hiver, ils utilisent des couvertures et des poêles archaïques pour se réchauffer. Ils doivent aussi acheter du carburant, des vêtements chauds et des chaussures pour les enfants en plus de la nourriture et des besoins de première nécessité. Souvent, le loyer pour ces habitations indécentes est élevé. Et – suite à ces conditions de vie – nombreux sont ceux qui ont besoin de soins médicaux… qu’ils ne peuvent s’offrir parce que la plupart des réfugiés n’ont pas de travail. »

Peur de ne pas passer l’hiver

A l’idée de l’hiver, Abu-Abdallah a peur. Peur pour sa femme et ses enfants. Peur de ne pas passer l’hiver. La Jordanie connait un climat méditerranéen mais en hiver, dans les montagnes et le désert, le froid peut être glacial. Décembre et janvier sont les mois les plus froids, mais le mauvais temps peut persister jusqu’en fin mars.

De nombreuses familles comme celle Abu-Abdallah connaissent des problèmes à cette période de l’année. Pour des réfugiés, la situation est particulièrement difficile : ils n’ont pas de vêtements chauds, pas de bonnes chaussures, pas de chauffage, rien pour se protéger du froid mordant.

Lutter contre le froid

En cette période de Noël, aidez une famille syrienne à affronter le froid en Jordanie. Donnez de la chaleur à une famille comme celle d’Abu-Abdallah. La chaleur de votre cœur. La chaleur d’un lot de couvertures, d’un petit poêle et de carburant. Un geste tout simple, mais qui fait toute la différence.

Faites un don[1]. Offrez de la chaleur à une famille syrienne dans le besoin.

Un poêle à pétrole pour éloigner le froid. Un lot de couvertures pour protéger les enfants. De quoi mettre toute la famille à l’abri et rendre le sourire aux parents. Merci d’agir rapidement. Au moment où vous lisez ces lignes, l’hiver a déjà commencé. C’est pourquoi nous vous demandons de faire votre don dès aujourd’hui sur notre plateforme en ligne ou sur notre numéro de compte  BE88 0000 0000 4141 avec la communication « Jordanie ».

Note :

[1]

Comme vous le savez, les dons d’au moins 40 euros sur base annuelle donnent droit à une attestation fiscale. Votre geste d’aujourd’hui sera encore comptabilisé dans le total de vos dons. Avec votre attestation, vous pourrez récupérer jusqu’à 45% de vos dons de l’année sous forme d’une réduction d’impôt. Si, par exemple, vous faites un don de 78 euros, vous récupérerez plus de 35 euros comme réduction d’impôt. Mais attention : votre don doit nous parvenir avant le 31 décembre 2018.

Actualités associées

Toutes les actualités