Rwanda : l’aide alimentaire ne peut attendre

Caritas International Belgique Rwanda : l’aide alimentaire ne peut attendre

© Caritas - Djalia et son mari Jafari, chez eux : « Nous aimons ce que nous faisons et l’agriculture nous fait vivre. Même si ce n’est pas facile, nous sommes toujours prêts à y mettre toute notre énergie. »

© Caritas - Djalia et son mari Jafari, chez eux : « Nous aimons ce que nous faisons et l’agriculture nous fait vivre. Même si ce n’est pas facile, nous sommes toujours prêts à y mettre toute notre énergie. »

07/04/2021

Saviez-vous qu’au Rwanda la situation économique s’améliore, et les inégalités sont en recul ? Et pourtant. Ces dernières années, les taux de pauvreté ont diminué moins rapidement. À cause du coronavirus, la récolte des petit-e-s agriculteurs/rices n’est plus arrivée jusqu’aux marchés. Et là aussi, le climat se dérègle : pendant la saison des pluies, le pays subit de graves inondations; tandis qu’en juin, juillet et août, tout devient sec. Il fait tellement sec qu’il n’y a parfois plus de nourriture. Deux familles rwandaises vous en disent plus sur leur quotidien.

Daria : « Si nous avions un réservoir d’eau... »

« Avant, ma famille pouvait vivre de l’agriculture sans beaucoup de problèmes mais, au cours des six dernières années, ça a changé. Nos récoltes sont insuffisantes en raison du manque d’eau dans la région. La seule petite source dont nous disposons donne très peu d’eau et, pendant la saison sèche, il n’y a plus une goutte. » Daria Mukamana, 55 ans, est mère de sept enfants, dont six vivent toujours avec elle. Deux d’entre eux ont fini leurs études, mais n’ont pas trouvé de travail.

Caritas International Belgique Rwanda : l’aide alimentaire ne peut attendre©Caritas – Une scène du quotidien de Daria Mukamana avec une de ses filles. 

Pour Daria et sa famille, une réserve d’eau de pluie permettrait de résoudre bien des problèmes. « Si nous avions un réservoir qui pouvait stocker suffisamment d’eau de pluie, je pourrais faire pousser assez de légumes pour nourrir ma famille et en vendre au marché pour gagner de l’argent qui résoudra d’autres problèmes familiaux. »

>> J’AIDE DARIA À CULTIVER SON AVENIR ET CELUI DE SA FAMILLE

Jafari : « À cause du coronavirus, nous ne pouvions plus atteindre les grands marchés »

Djalia Mukamugema (60 ans) et Jafari Nyirimbuga (65 ans) ont six enfants, toujours à la maison. Les aînés cherchent du travail et, entretemps, tout le monde contribue aux travaux agricoles. « Nous vivons de l’agriculture, surtout de légumes, mais aussi de haricots, de manioc et de patates douces », témoigne Jafari.

« Notre famille n’a pas de terre cultivable, il nous faut toujours louer des champs, ce qui n’est pas facile. D’habitude, les légumes que nous faisons pousser dans nos potagers nous aident beaucoup pour nnous nourrir mais aussi pour obtenir de l’argent en les vendant au marché. Mais en cette période de Covid, notre production s’est mal vendue puisque nous ne pouvions pas aller dans les grands marchés. »

Tout l’argent que gagne la famille est aujourd’hui consacré à un seul but : « Lorsque je gagne de l’argent, c’est seulement pour louer les champs, donc il ne me reste rien pour les semences et la nourriture. Si nous pouvions obtenir une aide alimentaire en attendant la récolte, cela nous aiderait beaucoup. Cela permettrait à ma famille de tenir les trois mois les plus durs de la saison sèche et cela nous donnerait le temps de nous réorganiser pour une nouvelle saison. »

Aiderez-vous Daria, Jafari et leur famille à se nourrir ?

Aidez les familles paysannes du Rwanda et leurs enfants à passer les mois de sécheresse. C’est maintenant que nous pourrons mettre fin ensemble à la faim en juin, juillet et août.

  • Avec 62 euros, vous aiderez la famille de Daria ou de Jafari à avoir de quoi manger jusqu’à la prochaine récolte. Cette aide alimentaire est aujourd’hui la plus urgente.
  • Un don de 33 euros fournira des graines et des semences à une famille paysanne. Elle pourra cultiver des oignons, des betteraves, des carottes, des haricots ou des courgettes pour son propre usage. Un pas important vers la sécurité alimentaire durable, même après la période de sécheresse.
  • Avec 164 euros, vous offrirez un réservoir d’eau à une famille. De quoi stocker l’eau qui abonde pendant la saison des pluies et l’utiliser pendant la saison sèche. Cette eau est vitale pour les cultures… et donc pour des années de récoltes fructueuses.

Caritas International soutient 4.000 familles paysannes vulnérables dans les évêchés de Byumba et de Kigali. Votre soutien aidera des familles à devenir autosuffisantes. Posez dès aujourd’hui un geste solidaire. De tout cœur, merci pour votre soutien. Merci d’agir avec un don en ligne ou sur le BE88 0000 0000 4141 avec la mention «  3975 Rwanda  ».

Actualités associées

Toutes les actualités