Eruption volcanique à Goma : aide d’urgence aux populations déplacées

Caritas International Belgique Eruption volcanique à Goma : aide d’urgence aux populations déplacées

© Caritas Goma - Une équipe de la Caritas Goma évalue l’ampleur des dégâts causés par l’éruption volcanique du 22 mai 2021

© Caritas Goma - Une équipe de la Caritas Goma évalue l’ampleur des dégâts causés par l’éruption volcanique du 22 mai 2021

28/05/2021

Caritas est extrêmement préoccupée par le sort des centaines de milliers d’habitant-e-s de la ville congolaise de Goma qui fuient une nouvelle éruption du volcan Nyiragongo. L’activité volcanique provoque des tremblements de terre dans la région, et on redoute une coulée de lave qui pourrait aussi se répandre dans la ville et même dégager des gaz mortels dans le lac Kivu. Caritas International libère 25.000 euros pour soutenir ses partenaires locaux dans la poursuite du déploiement de leur réponse d’urgence.

Après la première éruption du Nyiragongo le samedi 22 mai, les autorités ont ordonné l’évacuation d’une partie de la ville de Goma. Depuis jeudi matin, des centaines de milliers de personnes ont fui, la plupart à pied. Elles forment une longue chaîne d’hommes, de femmes et d’enfants. Les routes vers les villes voisines sont surchargées. Les gens se déplacent en masse vers Sake, à quelque 30 km kilomètres de là, vers le Sud-Kivu ou le Rwanda voisin.

Répondre au déplacement massif de populations

Caritas Goma apporte une aide humanitaire aux personnes qui sont à Sake et Kibati, sur la route de Rutshuru. Elle fournit de l’eau potable, de la nourriture et les articles ménagers les plus essentiels. Les partenaires des Caritas voisines de Bukavu et Rubavu/Gisenyi se préparent à prêter main forte. Caritas International débloque 25.000 euros pour soutenir les activités de ses partenaires locaux. Cette aide est indispensable. « Nous craignons également une épidémie de Covid-19, de choléra, de typhus et d’autres maladies qui circulent facilement lors des déplacements massifs de personnes« , explique une collaboratrice de Caritas Goma.

Des répliques qui font craindre le pire

Parallèlement, la région est constamment secouée par des tremblements de terre, conséquence directe de l’éruption volcanique. Toutes les trois minutes, la population en fuite ressent un choc, jusqu’à 4,5 sur l’échelle de Richter. Les maisons s’effondrent comme des châteaux de cartes, les routes se déchirent comme du papier. Les gens sont terrifiés. « On peut encore échapper à une coulée de lave« , dit Mahoro Enoch, en fuite, à Caritas Goma. « Mais où courir en cas de tremblement de terre ? Le danger est partout. »

Et ce danger est loin d’être écarté. Les volcanologues s’attendent à une autre éruption du volcan, beaucoup plus grave. Cette fois, les coulées de lave pourraient atteindre et dévaster les villes de Goma et Rubavu/Gisenyi, au Rwanda voisin. Dans le pire des cas, la lave pourrait également atteindre le lac Kivu. Les gaz contenus dans les couches d’eau plus profondes du lac pourraient alors remonter à la surface et pourraient asphyxier des milliers de personnes aux alentours.

Je soutiens la population de Goma

et fais un don via notre plateforme de paiement en ligne ou sur le compte BE88 0000 0000 4141 avec la référence « 3993 Goma ».

Actualités associées

Toutes les actualités