Ebola au Congo : Que fait Caritas?

Caritas International Belgique Ebola au Congo : Que fait Caritas?
31/05/2018

Au début du mois de mai, une épidémie d’Ebola a été déclarée en République Démocratique du Congo. Elle a causé jusqu’ici 25 morts sur un total de 54 cas d’infection. Le réseau Caritas est actif dans la réponse à cette épidémie.

Le virus a surgi dans la province de l’Equateur, plus précisément dans la région reculée de Bikoro, située à 130 lm de Mbandaka, chef-lieu de la Province. Les moyens de communication y sont très limités et l’état défectueux des routes y rendent les transports très difficiles. C’est grâce au système de veille humanitaire mis en place par Caritas dans cette région que les premières informations sur l’ampleur de l’épidémie ont pu être rapportées et confirmées.

Restreindre les risques d’infection

« La population continue à demeurer en contact avec les malades et à manipuler les cadavres comme si de rien n’était », déplorait il y a peu Mgr Ambongo, Archevêque coadjuteur de Kinshasa et Administrateur Apostolique de l’Archidiocèse de Mbandaka-Bikoro, en visite de proximité et de réconfort dans la « Zone rouge » de Bikoro et Itipo/Iboko auprès de la population. Les proches des victimes tiennent encore souvent à enterrer leurs morts dans leur village natal. Si ils s’y rendent à moto avec un conducteur et une deuxième personne, tous deux seront irrémédiablement contaminés,  sans compter tous ceux qui vont après monter sur cette fameuse moto, certainement non désinfectée.

La sensibilisation de la population doit donc être renforcée en ce qui concerne la maladie, sa propagation et les règles de prévention à appliquer. C’est une des tâches à laquelle le réseau Caritas s’est attelée. Caritas a formé 465 leaders d’opinion dont des curés de paroisses et d’autres responsables religieux dans la région. Des messages sont diffusés à la radio, la sensibilisation passe aussi par les écoles. Et plus de  500 tolekistes (transporteurs par vélo) ont été également sensibilisés,  car les motos et les vélos sont le principal moyen de transport des biens et des personnes. La communauté doit être informée et mobilisée pour endiguer l’épidémie.

Contexte et aperçu de la situation

L’épicentre de l’épidémie est actuellement dans la paroisse d’Itipo, d’où la plupart des malades proviennent. Deux ecclésiastes y ont également été infectés par le virus. Bien qu’ils soient aujourd’hui tirés d’affaire, compte-tenu de leur statut dans la communauté, leur infection a eu un impact considérable sur la population, alimentant au passage une psychose générale. Ce climat de peur empêche la population d’aller aux champs ou de vaquer à ses activités quotidiennes.

« On observe une perturbation de l’activité agricole et l’activité sur les marchés est ralentie », rapporte Juliette Maquart, notre responsable de programmes en RDC. Il y a également un risque majeur d’insécurité alimentaire, car l’unique voie de communication qui relie Mbandaka à Bikoro, Itipo, Iboko est impraticable, ce qui rend le ravitaillement de cette ville en produits alimentaires difficile.

Le réseau Caritas continue de suivre de près l’évolution de la situation et poursuit ses activités en matière de prévention, d’eau, assainissement et d’hygiène et de mobilisation communautaire.

Actualités associées

Toutes les actualités