Dignité et Droits pour tous les travailleurs migrants en Europe

Caritas International Belgique Dignité et Droits pour tous les travailleurs migrants en Europe

© Francesca/Caritas Internationalis

© Francesca/Caritas Internationalis

20/02/2018

Caritas International et Caritas Europa exhortent l’Union européenne et tous les gouvernements européens à promouvoir une Europe plus inclusive garantissant des conditions de travail dignes pour tous les travailleurs migrants, y compris ceux en situation irrégulière.

Cette position est défendue par Caritas à l’occasion de la journée mondiale de la justice sociale, de ce 20 février, et des négociations internationales autour du Pacte mondial pour les migrations. Les travailleurs migrants contribuent de manière significative à nos sociétés et nos économies, il est donc essentiel que nous respections également leur dignité et reconnaissions leurs droits.

« J’ai travaillé en Belgique pour une entreprise de construction. J’étais en situation irrégulière. Je n’avais pas de papier, j’avais donc peur de la police. Mon employeur ne me payait presque jamais mon salaire. Ma femme et moi nous nous cachions : parfois nous n’avions rien à manger et nous avions des difficultés à payer le loyer » explique Gabriel, migrant brésilien travaillant en Belgique.

Vulnérabilité sur le marché de l'emploi

Les travailleurs migrants sont devenus la pierre angulaire de nos sociétés. Ils soutiennent nos économies, en particulier les secteurs primaires comme l’agriculture et le travail d’entretien. Ils rendent nos sociétés plus diverses et multiculturelles tout en contribuant au maintien de notre sécurité sociale.

Bien que nous estimions leur travail, nous nous assurons rarement que leurs droits en tant que travailleurs et êtres-humains soient garantis et respectés. Les travailleurs migrants, en particulier ceux en situation irrégulière, sont particulièrement vulnérables à l’exploitation au travail.

Ils peuvent être à la merci d’agences de recrutement douteuses qui demandent des frais de recrutement énormes. Ils peuvent aussi rester coincés aux niveaux les plus bas du marché du travail, là où les conditions de travail sont inexistantes ou non-respectées. Craignant d’être exposés ou de subir des représailles ou manquant de connaissance à propos de leurs droits, beaucoup de travailleurs irréguliers n’ont accès à aucun soutien juridique.

Pour une politique de la migration de travail mondiale

« Ces dernières années et de manière exponentielle, l’UE et ses États membres ont donné priorité au contrôle et à la répression migratoire au détriment d’une politique globale en matière d’immigration du travail. Caritas est convaincue que les droits des travailleurs migrants, notamment ceux des migrants en situation irrégulière, doivent être garantis et respectés, afin que les droits et la dignité de chacun soient pleinement préservés » affirme Shannon Pfohman, directrice du département politique et de plaidoyer de Caritas Europa.

Cette semaine, les États vont se rencontrer au siège des Nations Unies à New York afin de discuter la première ébauche du texte sur le Pacte Mondial pour les migrations, un accord pionnier visant à améliorer la gouvernance mondiale en matière de migration. Ce pacte s’inscrit dans le cadre de l’Agenda 2030 pour le développement durable et les objectifs de développement durable pour la migration sûre et les droits du travail.

Il s’agit d’une opportunité pour les gouvernements européens de réaffirmer et de renforcer leurs engagements à protéger les droits de tous les travailleurs migrants, de garantir des conditions de travail décentes, et de développer une politique de la migration de travail qui réduise la fréquence de la migration irrégulière ainsi que la traite et le trafic d’êtres-humains en Europe.

Actualités associées

Toutes les actualités