Le retour de femmes seules au Rwanda

Caritas International Le retour de femmes seules au Rwanda
29/07/2014

En mars 2014, Stefanie Duysens et Anne Scheuren, deux collaboratrices de Caritas International, sont parties en mission au Rwanda dans le cadre du programme de retour volontaire et de réintégration. Elles y ont visité quelques projets de notre organisation partenaire à Kigali, Friends Peace House, et une dizaine de personnes retournées volontairement qui ont bénéficié d’un accompagnement par le programme de réintégration de Caritas International.

La demande pour l’assistance à la réintégration vers le Rwanda a connu une augmentation durant ces dernières années, avec un nombre élevé de femmes seules, avec ou sans enfants. Pour cette raison, l’accent de cette mission fut placé sur les possibilités spécifiques pour ce groupe cible, ainsi que sur les éventuelles difficultés de se réintégrer après un retour volontaire au Rwanda. Nous avons également invité notre organisation partenaire du Burundi, Ligue Iteka, à participer à cette mission, afin d’échanger nos expériences et bonnes pratiques de l’accompagnement de femmes seules avant et après le retour. Ce fut un échange très riche.

Friends Peace House au Rwanda collabore avec Caritas International en Belgique depuis 2011 dans le cadre du programme de réintégration. En plus de l’accompagnement aux personnes retournant volontairement de la Belgique et des Pays-Bas, l’organisation offre des formations de coiffure et de mécanique aux jeunes vulnérables. L’organisation a également différents projets axés sur la paix et la réconciliation ainsi que des projets agricoles liés à des microcrédits.

La plupart des personnes retournées au Rwanda se sont installées dans la capitale Kigali et ont commencé une petite activité génératrice de revenus.

L’histoire de Marie-Josée

Thus we met Marie-Josée, a single mother who came to Belgium in 2012. To do so she had sold her business and left her children who were 12 and 3 years old with her husband who lives with his second wife in Rwanda. Last year, she decided to go back to Kigali because of health problems of her youngest daughter.

It was a difficult choice, considering she had sold her business to come to Belgium and had to acquire an income for herself and her children. She decided, in consultation with Caritas International and its local partner, to use the reintegration budget to restart her previous business.

During our stay we had the chance to visit the business of Marie-Josée, a shop in Kigali that rents party dresses and decoration. Marie-Josée told us that the business helps her to obtain a small income for her and her two small children but the competition is fierce. She currently lives with her children at her brother’s house and her family helps her to pay the school fees for her children. Her wish is to be able to own a place of her own for her and her children to live in in the near future, but it is still too early financially.

As for many returnees, the support of the local partner, the reintegration budget for starting a small business and the support of the social network is crucial to be able to work on sustainable reintegration. The reintegration for this target group is not impossible, but it takes time and perseverance.

Actualités associées

Toutes les actualités