L’Ouganda connaît un afflux de personnes réfugiées venues de la RD Congo. Et ce n’est pas fini

Caritas International Belgique L’Ouganda connaît un afflux de personnes réfugiées venues de la RD Congo. Et ce n’est pas fini

© Caritas International - Bernard Masika avec sa mère et ses enfants. Benjamin est au milieu, avec le pantalon orange.

© Caritas International - Bernard Masika avec sa mère et ses enfants. Benjamin est au milieu, avec le pantalon orange.

08/07/2021

Bernard Masika (35 ans) fait partie des 120.000 personnes venues du Congo et aujourd’hui accueillies au camp de Kyangwali en Ouganda. Avec sa mère, sa femme, ses quatre enfants et son fils adoptif Benjamin, il a fui le Nord-Kivu en traversant le lac Albert. Une traversée d’environ 30 kilomètres à la pagaie avec une piroguefaite maison. Pourquoi avoir fui ? Comment et quel avenir les attend ? Réponses.

Peu après leur arrivée, sa femme – la mère des enfants – a été emportée par une infection sanguine qui n’a pu être traitée correctement à Kyangwali. Quatre enfants ont ainsi perdu leur mère. Et pourtant, leur famille a accueilli un orphelin âgé de 8 ans.

Une famille solidaire par-dessus tout

« Nous recevons une aide du Programme alimentaire mondial des Nations unies, mais ce n’est pas suffisant. », explique Bernard. « Comme nous nous occupons d’un orphelin, Benjamin, Caritas nous considère comme une famille d’accueil et nous donne une aide supplémentaire. Caritas fait également tout pour nous donner un terrain où cultiver des légumes près de notre maison. »

Jeune enfant, Benjamin s’était réfugié avec sa famille en République centrafricaine mais, là aussi, il a dû fuir la violence. Ses parents ont été tués et il a réussi à revenir au Kivu (RD Congo). Bernard connaissait bien ses parents et a décidé de s’occuper de lui. Sans famille dans le village, Benjamin a suivi la famille de Bernard en Ouganda.

>>J’AIDE LES PERSONNES REFUGIÉES COMME BERNARD ET SA FAMILLE

Se construire un nouvel avenir en Ouganda

Aujourd’hui, le camp de réfugiés de Kyangwali – sur la rive du lac Albert, à la frontière entre l’Ouganda et la RD Congo – attend 60.000 nouvelles personnes comme Bernard et sa famille. Kyangwali deviendra dès lors une « ville » de 180.000 habitant-e-s.

Il ne s’agit pas d’un « camp de réfugiés » classique, car l’Ouganda fait tout ce qu’il peut pour loger dignement tous les arrivant-e-s. L’Ouganda est en effet le premier pays d’accueil de réfugiés en Afrique. Et la population accueille ces réfugié-e-s – dont 60 % d’enfants – de manière très hospitalière. Dans un pays où près de 40 % des 44 millions d’habitant-e-s vivent dans la pauvreté…

Malgré leur pauvreté, les Ougandais-e-s sont solidaires avec les personnes qui frappent à leur porte. Faites de même. Montrez vous aussi votre solidarité envers les personnes réfugiées les plus vulnérables venues de la RD Congo.

>>JE FAIS UN DON

Comment faites-vous la différence avec votre don?

Merci d’aider avec nous. Faites un don aujourd’hui sur notre plateforme de dons en ligne ou sur le compte BE88 0000 0000 4141 avec la communication « 4010 Ouganda».

Actualités associées

Toutes les actualités