Daraa, une nouvelle crise humanitaire en Syrie

Caritas International Belgique Daraa, une nouvelle crise humanitaire en Syrie

© Alexandra Wey/Caritas Suisse (image d'Alep)

© Alexandra Wey/Caritas Suisse (image d'Alep)

17/07/2018

Plus de 270.000 personnes fuient actuellement les violences à Daraa en Syrie, région frontalière avec l’Israël et la Jordanie. Elles sont à la recherche d’un refuge mais se retrouvent bloquées à la frontière dans des conditions humanitaires dramatiques. En Syrie et en Jordanie, la réponse de Caritas est immédiate en fournissant aide d’urgence et soins médicaux.

Située dans le sud-ouest de la Syrie, Daraa était l’une des dernières zones anti-gouvernementales en Syrie. Elle a été attaquée le 19 juin dernier par l’armée syrienne qui a tout détruit sur son passage, même les centres de santé et les écoles. L’ONU[1] mentionne des dizaines de morts parmi les civils, y compris des femmes et des enfants.

Accueil et refuge en Syrie

Les personnes fuyant Daraa peuvent parfois trouver un abri auprès de leurs familles ou connaissances habitant dans la région. Des centaines d’autres personnes sont soignées à Jbab, située entre Daraa et Damas. C’est le seul refuge officiel et accessible dans la région.

« Ce n’est pas facile de vivre de cette façon », dit Majda Majed, qui reste dans le camp avec son mari et ses deux enfants. «  Nous partageons une salle avec des dizaines d’autres personnes. Mes fils ont besoin de nourriture, de lait et de Pampers. Et je m’inquiète pour notre maison à Daraa. »

« A Jbab il y a une grande pénurie de matériel pour les enfants. Caritas fournit du lait pour bébé, des couches et des emballages alimentaires aux familles qui ont fui », explique Sébastien Dechamps ; coordinateur de l’aide d’urgence chez Caritas International Belgique. « Nous continuons également notre aide à Alep et dans la région côtière ».

Conditions de vie insoutenables à la frontière jordanienne

Environ 60.000 personnes ont fui vers la Jordanie, dont les frontières restent fermées. Le pays accueille actuellement plus de 650.000 réfugiés syriens[2], faisant de lui le deuxième pays accueillant le plus grand nombre de réfugiés au regard de sa population nationale (89 réfugiés pour 1.000 habitants). Le gouvernement maintient sa position : il n’est plus possible d’accueillir des réfugiés supplémentaires.

« Seules les personnes dans un état critique sont temporairement admises pour des soins médicaux urgents en Jordanie », explique Sébastien Dechamps. Les autres restent coincées dans la chaleur torride du désert, qui peut atteindre les 45 °C. Ils sont arrivés dans des voitures branlantes avec des matelas et des valises empilés sur eux. Il y a une pénurie de produits de première nécessité, d’eau potable et de soins de santé.

Les services de santé de Caritas Jordanie fourniront une assistance médicale aux personnes autorisées à entrer dans le pays pour y être soignées. « Une unité médicale mobile est en cours de déploiement pour fournir une aide de première ligne. Elle réfèrera ensuite les patients vers des centres de santé », explique Sébastien Dechamps. « Caritas fournira également une aide d’urgence aux personnes bloquées à la frontière ».

Note :

[2]

Il s’agit du nombre officiel de réfugiés enregistrés par le UNHCR. Le nombre réel est un peu plus élevé. Le gouvernement jordanien parle de 1,3 million de réfugiés.

Actualités associées

Toutes les actualités