Cyclone Idai : update depuis le Mozambique

Caritas International Belgique Cyclone Idai : update depuis le Mozambique

© Caroline Brennan/Caritas - Les zones inaccessibles par les routes reçoivent une aide alimentaire par bateau.

© Caroline Brennan/Caritas - Les zones inaccessibles par les routes reçoivent une aide alimentaire par bateau.

04/04/2019

« Les gens dorment debout parce qu’il n’y a pas assez de place ». Rita Farriya est assise à l’ombre d’un arbre dans l’école Muda-Mufo dans le district de Nhamatanda. C’est là qu’elle a trouvé refuge après que le cyclone Idai ait détruit sa maison. « Nous sommes venus ici dès le premier jour des inondations. Le toit de notre maison a été emporté par la tempête. Nous n’avons plus de vêtements. En fait, nous n’avons plus rien. »

Plus de 11.000 maisons et 711.000 hectares de terrain agricole sont détruits ou inondés suite au passage du cyclone Idai. Le nombre officiel de morts est de 518 et des symptômes de choléra ont été constatés chez plus de 1.000 personnes. La situation est critique au Mozambique, mais le réseau Caritas travaille jour et nuit pour assister les survivant-e-s.

Distribution de nourriture pour plus de 2.000 familles

Caritas Beira distribue de l’aide alimentaire pour 1.940 familles sinistrées. Ces colis contiennent :

  • 2 litres d’huile
  • 3 kg de sucre
  • 25 kg de riz
  •  7 kg de haricots
  • 1 kg de sel
  •  Du savon
Exemple de kit alimentaire.

A Beira, 650 familles ont déjà reçu des colis et dans le district de Caia, 100 colis ont également été distribués. Dans la province Zambézie, 200 familles ont reçu de la nourriture de la Caritas Quelimane. La Caritas Chimoio a distribué de l’aide alimentaire d’urgence dans trois écoles du district de Dombe.

Des écoles où apprendre et vivre

« Quand je suis arrivée à l’école, c’était pire que ce que je craignais : il y avait tellement d’eau ! Nous avons paniqué : les classes étaient inondées. Où est-ce que les élèves pourront s’asseoir ? ». Veronica Mavundo est enseignante. Son école est détruite, mais elle veut continuer à enseigner malgré les difficultés. « Tout le matériel d’apprentissage est perdu. Nous n’avons plus de tableau, ni de cartes ou d’images. Donner cours dehors est difficile mais c’est une nouvelle expérience à saisir. »

L’école Muda-Mufo dans le district de Nhamatanda.

Les écoles servent aussi de centres d’accueil pour celles et ceux dont la maison a été détruite, comme pour Antonio Fernando, 30 ans et papa de trois enfants. « Quelques personnes savaient nager, mais les inondations ont causé des courants tellement forts qu’ils ont emportés des personnes et tout un tas de choses –  On ne s’attendait pas à ça ! », dit-il.

« Rester hors de l’eau était très difficile, beaucoup ont dormi dans les arbres. Ma maison a disparu. Tellement de personnes ont perdu leur maison ici. Nous n’avons plus de chez nous et plus de nourriture. »

Antonio Fernando, survivant du cyclone.

Votre don fait la différence

Le réseau Caritas met tout en œuvre pour aider autant de personnes que possible. C’est pourquoi nous avons besoin de votre aide ! Faites un don, en ligne ou sur le BE 88 0000 0000 4141 avec la communication « Idai ». Vous enverrez ainsi une aide d’urgence à Antonio, Veronica, Rita et tant d’autres survivant-e-s du cyclone Idai.

Actualités associées

Toutes les actualités