Coronavirus : Besoin urgent d’une aide humanitaire en RD Congo

Caritas International Belgique Coronavirus : Besoin urgent d’une aide humanitaire en RD Congo

© Caritas Congo - Caritas Bunia distribue des biens de première nécessité. Dans cette région, deux cas de Covid-19 ont été détectés.

© Caritas Congo - Caritas Bunia distribue des biens de première nécessité. Dans cette région, deux cas de Covid-19 ont été détectés.

08/04/2020

Alors que l’Amérique et la plupart des pays d’Europe de l’Ouest sont en quarantaine depuis un certain temps, le virus sévit maintenant également dans de nombreux pays africains. Les premières mesures ont ainsi été prises en RD Congo. Seront-elles suffisantes pour protéger la population ? Comment l’aide humanitaire pour les plus vulnérables y sera organisée ? Une interview de Jan Weuts, expert en aide d’urgence chez Caritas International.

Combien y-a-t-il de cas actuellement en RD Congo?

Jan Weuts : Rien qu’à Kinshasa, la capitale du pays, les expert-e-s craignent un nombre important de morts. Dans une telle métropole, où les contacts sociaux ne peuvent être évités, le virus peut se propager rapidement. De plus, seulement une personne sur trois a accès à de l’eau potable, élément essentiel pour se conformer aux mesures d’hygiène.

Il y a actuellement 180 cas officiels[1], dont la plupart sont à Kinshasa. Nous devons nuancer ces chiffres officiels en raison des capacités de testing limitées. Il n’est dès lors pas possible de monitorer correctement la courbe de l’épidémie. Il y a sans aucun doute plus de cas… Une chose est sûre : les chiffres vont rapidement augmenter.


© Tommy Trenchard/ Caritas Internationalis

Quelles mesures ont été prises pour freiner la pandémie?

Jan : Le président Tshisekedi a informé la population des mesures standardisées de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) telles que tenir ses distances, ne pas serrer la main et bien se laver les mains. Reste à voir quels seront leurs effets sur les structures de santé de la RD Congo. Il est crucial que les travailleurs/euses de la santé puissent se protéger correctement, afin qu’il n’y ait pas de contamination croisée dans les hôpitaux.

Le pays pourra s’appuyer sur les structures, les connaissances et les mesures mises en place dans le cadre de la lutte contre Ebola. À l’est du Congo, ils disposent d’un savoir-faire considérable en matière de campagnes de sensibilisation et de prévention, de protocoles de protection et d’isolement des patients. Cela peut être d’une grande valeur ajoutée.

Comment se déroule le suivi humanitaire dans la région pendant cette pandémie ?

Jan : Pour des raisons de sécurité, de nombreux travailleurs/euses humanitaires expatrié-e-s ont quitté les pays africains. Ces derniers ont fermé leurs frontières et ont mis un terme à leur trafic aérien. Prévoir l’aide d’urgence est dès lors un réel défi, mais ce n’est pas impossible.

De nouvelles pistes sont explorées afin de mettre en place des vols humanitaires pour acheminer médicaments, matériel de protection et autres ressources nécessaires pour lutter contre le virus. En partenariat avec l’OMS, on regarde comment le personnel médical pourra se rendre dans ces pays. Caritas Congo, notre partenaire local, est déjà actif dans la lutte contre le corona : il se concentre pour le moment sur la sensibilisation et la prévention.

>> À LIRE AUSSI : Coronavirus: la pandémie progresse, l’Afrique centrale en proie au virus

Comment Caritas peut lutter contre la propagation du virus ?

Jan : Nous ne pouvons pas l’ignorer : il y aura beaucoup de victimes. Les nombreuses personnes qui tomberont malades devront avoir accès à de bons soins, et le reste de la population ne pourra être oubliée. Nous devons faire preuve de solidarité. La majorité de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Le prix des denrées alimentaires monte en flèche, ce qui pourrait provoquer une catastrophe humanitaire pour les plus précarisé-e-s. On remarque déjà le début d’un chaos et de troubles au sein de la population. Le soutien financier est essentiel afin que nous puissions fournir de la nourriture aux survivant-e-s et qu’ils-elles puissent survivre à cette crise.


CARITAS AIDE LES VICTIMES DE LA PANDÉMIE

En Belgique, Caritas International met actuellement tout en œuvre pour continuer l’accompagnement social et la protection des personnes au sein et en dehors de ses structures d’accueil. Nous continuons de fournir de l’aide là où c’est nécessaire, avec une attention pour les personnes plus vulnérables. Outre la RD Congo, le réseau de Caritas est également actif contre la propagation du virus dans une centaine de pays. Au Rwanda, au Burundi, en Syrie, au Venezuela ou, plus près de chez nous en Italie, où des équipes mobiles aident à localiser les malades, à organiser des abris d’urgence, à distribuer de la nourriture, etc.

Vous pouvez aider Caritas sans avoir à quitter votre domicile. Soutenez le Fonds d’urgence Coronavirus via notre plateforme en ligne ou sur notre numéro de compte BE88 0000 0000 4141 avec le message «Coronavirus 005».

Note :

1

Le nomdre de cas le 8 avril 2020.

Actualités associées

Toutes les actualités