Caritas en actions en Jordanie

Caritas International Belgique Caritas en actions en Jordanie
21/12/2018

Le désespoir, la frustration et le manque de perspectives caractérisent la vie des réfugiés – quasi oubliés – en Jordanie. Chaque jour, Dana Shaheen de la Caritas Jordanie en est témoin. Elle revient sur les dures réalités de la vie en Jordanie et explique le travail réalisé par Caritas aux côtés des populations.

« Depuis la création en 1967, nous avons développé de nombreux programmes pour la population pauvre, tant pour les réfugiés et migrants que pour les Jordaniens. », explique Dana Shaheen. Caritas distribue des biens de première nécessité, propose des logements, favorise l’accès à l’aide médicale et à l’éducation… et bien plus encore. « Nous comptons sur une équipe de 370 collaboratrices et collaborateurs ainsi que sur le soutien d’un peu moins de 3.000 volontaires. Beaucoup sont des réfugiés qui s’engagent à aider ».

Pauvreté

La Jordanie connait un climat méditerranéen mais en hiver, dans les montagnes et le désert, le froid peut être glacial. De nombreuses familles connaissent des problèmes à cette période de l’année. Pour les réfugiés, la situation est particulièrement difficile. « Il n’y a pas de chiffres officiels sur la pauvreté en Jordanie », souligne Dana. « De nombreuses familles vivent dans des habitations délabrées, sans isolation ou chauffage. En hiver, elles utilisent des couvertures et des poêles archaïques pour se réchauffer. Elles doivent aussi acheter du carburant, des vêtements chauds et des chaussures pour les enfants en plus de la nourriture et des besoins de première nécessité. Souvent, le loyer pour ces habitations indécentes est élevé. Et – suite à ces conditions de vie – nombreux sont ceux qui ont besoin de soins médicaux… qu’ils ne peuvent s’offrir parce que la plupart des réfugiés n’ont pas de travail. »

Renforcer l’autonomie

De nombreuses familles de réfugiés sont dépendantes de l’aide depuis plusieurs années. Afin de les accompagner vers l’autonomie, Caritas Jordanie travaille avec un système de cartes sur lesquelles de l’argent est transféré. De cette manière, les familles reprennent le contrôle et subviennent elles-mêmes à leurs besoins. « Les besoins primaires sont la nourriture, les soins médicaux, l’accès au logement mais, selon les familles, d’autres besoins spécifiques apparaissent ». Dana ajoute : « Pouvoir choisir librement et par soi-même redonne un semblant de dignité. ».

A côté de cela, « les familles sont accompagnées par nos services : nous organisons des sessions d’information et un suivi budgétaire personnel. Très important afin de garantir l’efficacité du système. ».

Une autre initiative dans ce sens est le « cash for work ». Les réfugiés syriens et irakiens reçoivent une formation et 50 jours d’emploi dans le secteur agricole, artisanal ou de la gestion des déchets.

Soins médicaux et psychologiques

« De nombreux réfugiés sont traumatisés à cause de la situation tragique dans leur pays ou à cause d’incidents subis lors de leur fuite. Il y a des victimes de tortures et d’abus, et d’autres qui en ont été témoin. Les enfants surtout ont besoin d’un suivi approprié. Nous constatons aussi une grande solitude », ajoute encore Dana. « Nous organisons également des sessions d’informations sur l’emploi, les droits et devoirs des locataires,… Et nous proposons des activités pour favoriser une intégration harmonieuse et ainsi limiter l’isolement des réfugiés. »

Un autre soutien non négligeable est l’aide médicale. « Nous portons notre attention particulièrement sur les consultations prénatales et les soins pour jeunes mères et enfants. », précise Dana.

Envie de soutenir Caritas en Jordanie ?

Malgré les efforts ininterrompus de Caritas Jordanie et d’autres ONG locales, la situation des réfugiés en Jordanie se dégrade. Le gouvernement a décidé de ne plus subsidier l’aide médicale que dans les camps. Les réfugiés hors de ces camps doivent alors payer leurs frais médicaux eux-mêmes. Pour beaucoup, c’est impossible. L’impôt sur la nourriture a augmenté. L’aide officielle a diminué. L’accès à l’eau, à l’éducation et à l’hygiène sont problématiques. Et les parents se voient obligés d’envoyer leurs enfants travailler au lieu d’aller à l’école : une stratégie de survie.

Avec votre soutien, Caritas aide les Syriens les plus vulnérables qui ont dû fuir vers la Jordanie et essaient de survivre. Vous pouvez les aider aujourd’hui encore avec votre don[1].

Note :

[1]

Comme vous le savez, les dons d’au moins 40 euros sur base annuelle donnent droit à une attestation fiscale. Votre geste d’aujourd’hui sera encore comptabilisé dans le total de vos dons. Avec votre attestation, vous pourrez récupérer jusqu’à 45% de vos dons de l’année sous forme d’une réduction d’impôt. Si, par exemple, vous faites un don de 78 euros, vous récupérerez plus de 35 euros comme réduction d’impôt. Mais attention : votre don doit nous parvenir avant le 31 décembre 2018.

Actualités associées

Toutes les actualités