L’histoire de Ahmed

Caritas International Belgique L’histoire de Ahmed
Caritas International Belgique L’histoire de Ahmed
Caritas International Belgique L’histoire de Ahmed

© Asmaa El Khaldi/Caritas

© Asmaa El Khaldi/Caritas

15/07/2019

“J’espère pouvoir rejouer bientôt au foot.”

Ahmed Abu Jamous a 13 ans. Il vit dans le camp de réfugiés de Al-Shaboura, au sud de la Bande de Gaza. En 2018, il a été blessé à la jambe gauche durant une manifestation. Il a reçu un soutien médical de Caritas Jérusalem.

Ahmed Abu Jamous a 13 ans. Il vit dans le camp de réfugiés de Al-Shaboura, au sud de la Bande de Gaza. En 2018, il a été blessé à la jambe gauche durant une manifestation. Il a reçu un soutien médical de Caritas Jérusalem.

Dans le quartier d’Ahmed, l’extrême pauvreté est palpable. Les routes y sont jonchées de nids de poule dans lesquels l’eau stagne ; la plupart des bâtiments sont délabrés ; le chômage est élevé et le revenu moyen par habitant très bas. 80% de la population vit sous le seuil de la pauvreté et dépend de l’aide humanitaire. Ahmed, lui, dort à même le sol sur un fin matelas, à côté de ses huit frères et sœurs.

Blocus

Depuis 2007, un blocus imposé par Israël empêche d’accéder à Gaza, que ce soit par voie terrestre, aérienne ou maritime. La frontière entre Gaza et l’Égypte est elle aussi régulièrement fermée. Selon la Banque mondiale, ce blocus a provoqué l’effondrement de l’économie gazaouie.

Depuis le 30 mars 2018, des manifestations se tiennent chaque semaine pour protester contre ce blocus. Entre le 30 mars 2018 et le 31 janvier 2019[1], 1 260 Palestiniens et 2 Israéliens ont été tués lors de ces manifestations. Elles ont fait plus de 27.000 blessés parmi les Palestiniens, dont 6.000 enfants. 6.239 Palestiniens ont été blessés par balle. C’est le cas de Ahmed Abu Jamou : une balle a occasionné de graves saignements à sa jambe et lui a coupé deux tendons.

Les médecins me donnaient des médicaments, prenaient ma tension et soignaient mes blessures. Cela m’a permis de guérir vite. 

- Ahmed

Des soins médicaux sous pression

« Un voisin qui a subi une blessure similaire, m’a expliqué que Caritas délivre des soins médicaux gratuits à Al-Shaboura. J’y suis allé tous les jeudis, » explique Ahmed. « Les médecins me donnaient des médicaments, prenaient ma tension et soignaient mes blessures. Cela m’a permis de guérir vite. »

« Il boitait et s’énervait facilement durant sa longue convalescence à la maison », nous raconte sa mère. « Une fois guéri, il est redevenu plus calme et serein, et a recommencé à marcher normalement. » Ahmed espère maintenant pouvoir rejouer rapidement au foot.

Affaibli par une pénurie chronique d’équipements médicaux, le système de santé gazaoui n’est pas en mesure de faire face à l’afflux de blessés pendant les manifestations. « Sans les traitements délivrés par l’équipe de Caritas, Ahmed n’aurait jamais pu se rétablir aussi vite, » complète sa mère. Elle espère que Caritas pourra continuer son action dans les zones pauvres comme la sienne, où les gens ont bien de la peine à joindre les deux bouts.

Derrière chaque chiffre, il y a une histoire

Caritas International Belgique L’histoire de Nizar

L’histoire de Nizar

Un passeur, des deadlines serrés et survivre. Voilà les termes qui qualifient le parcours de regroupement familial de la famille de Nizar. Pour ce dernier,…

Lire plus
Toutes les histoires