L’histoire de Souad et Heba

Caritas International Belgique L’histoire de Souad et Heba
07/05/2019

« Si vous voulez gravir une montagne, vous ne le faites pas en une fois. »

« Je n’avais pas d’avenir en Syrie », dit Heba Joha, 17 ans. « Ici bien. Je suis en train de m’en dessiner un ».  Il y a trois ans, la famille syrienne est arrivée en Belgique après avoir été réinstallée depuis le Liban. « La meilleure chose qui nous soit arrivée », décrit Souad, mère de cette famille composée de Heba, son père, sa mère et ses deux sœurs.

« Je n’avais pas d’avenir en Syrie », dit Heba Joha, 17 ans. « Ici bien. Je suis en train de m’en dessiner un ».  Il y a trois ans, la famille syrienne est arrivée en Belgique après avoir été réinstallée depuis le Liban. « La meilleure chose qui nous soit arrivée », décrit Souad, mère de cette famille composée de Heba, son père, sa mère et ses deux sœurs.

« Les premiers mois, j’avais toujours peur quand je voyais ou entendais un avion dans le ciel », se souvient Heba. « Maintenant, je sais que la situation est calme ici. Mais, en Syrie, nous vivions parmi les bombes. ». Souad confirme : « La sécurité ici est très importante. »

Calme et sécurité

« Nous vivons à Lebbeke, un petit village paisible avec des voisins très gentils. Toutes les personnes de la rue se connaissent », explique Souad. « La première année ici, nous prenions toujours rendez-vous avant de rendre visite à nos voisins. Plus maintenant : nous buvons souvent du café ou du thé ensemble. Il arrive aussi que nous mangions ensemble. »

« Nos voisins aiment beaucoup goûter la nourriture arabe. Ils nous ont aussi cuisinés du poulet et du riz. C’était très bon », se souvient Heba. « Et ils mangent des pommes de terre tous les jours ! », s’étonne-t-elle. « Nous avons aussi organisé une fête chez nous pour le 70e anniversaire de notre voisine. Maintenant, nous célébrons toutes les fêtes ensemble, qu’elles soient chrétiennes ou islamiques ».

Respecter les autres est très important. Si vous respectez les gens, vous obtenez aussi le respect.

- Heba

Trouvez son chemin en Belgique

Depuis un an, Souad et Heba sont ambassadrices du projet de réinstallation de Caritas et Fedasil. Cela signifie qu’elles font connaissance avec d’autres Syrien-ne-s réinstallé-e-s en Belgique et les guident sur base de leur expérience personnelle. « C’est formidable de pouvoir aider les autres et de faire connaissance avec des nouvelles personnes », explique Heba. « Par exemple, il y a des filles qui s’inquiètent de savoir si elles pourront continuer à porter le  voile. Alors, je les rassure. »

« Nous recevons aussi beaucoup de questions sur la manière de contacter les gens ici, sur la vie et la culture en Belgique », poursuit-elle. « Respecter les autres est très important. Si vous respectez les gens, vous obtenez aussi le respect. ».

La langue, clé de la vie

« Parler le néerlandais a été le plus difficile », explique Souad. « Mais je prends des cours et je pratique beaucoup. Quand, mon mari et moi allons chez le médecin, il est toujours très patient. Heba avait l’habitude de venir traduire pour moi mais le médecin m’a encouragé à parler. Nous pouvons maintenant y aller sans Heba. »

Heba suit à présent des cours de commerce et de langue et parle très bien le néerlandais. La situation était autrefois bien différente. « Au début, c’était vraiment compliqué. Les deux premiers mois à l’école, j’ai souvent pleuré. Je ne savais parler avec personne et je restais souvent seule », se souvient-elle. « La langue est la clé de la vie. Je ne pouvais pas bien m’exprimer alors je souriais aux autres étudiants. J’ai essayé de parler et au bout de 5 mois, j’ai tout compris. Malgré ça, je me suis fait de très bons amis à l’école. »

« J’y vais toujours pas à pas », poursuit Heba. « Si vous voulez gravir une montagne, vous ne le faites pas en une fois. Vous y allez aussi pas à pas. »

Derrière chaque chiffre, il y a une histoire

Caritas International Belgique L’histoire de Mansoor

L’histoire de Mansoor

« Vous pouvez écrire 18, j’ai presque 18 ans », explique Mansoor* en se présentant. Il avait alors 15 ans quand il a fui l’Afghanistan, son pays…

Lire plus
Caritas International Belgique L’histoire de Valentine

L’histoire de Valentine

Avec ses trois enfants, Valentine[1], âgée de 33 ans, vit depuis juillet 2018 dans un studio des Logis de Louvranges, notre structure d’accueil pour femmes…

Lire plus
Toutes les histoires