Mineurs en transit en Belgique : une approche plus humaine est possible !

Caritas International Belgique Mineurs en transit en Belgique : une approche plus humaine est possible !

© CIRE

© CIRE

21/02/2019

Les acteurs du HUB humanitaire à Bruxelles présentent aujourd’hui des recommandations pour une approche plus humaine des migrants en transit en Belgique. Caritas International a soutenu les activités du HUB et organise un soutien sociojuridique pour mineurs étrangers non-accompagnés (MENA). Analyse.

« Il y a beaucoup de jeunes au parc Maximilien et dans les environs », explique Laurence Bruyneel, coordinatrice de la cellule tuteurs et des projets transmigration de Caritas. « Ce sont des personnes qui sont dans des situations juridiques diverses et qui sont très vulnérables psychiquement mais aussi physiquement. Nous y voyons, par exemple, de nombreuses jeunes filles venant d’Ethiopie ou d’Erythrée qui sont soumises à des abus sexuels et atteintes de maladies sexuellement transmissibles. Malheureusement, ces jeunes sont difficiles à approcher et il y a un manque de structures adéquates pour accompagner et protéger ces enfants. »

Difficulté : approcher ces jeunes

« La difficulté principale avec les MENA est qu’ils sont très difficiles à approcher », explique également le rapport des acteurs du HUB. « Ils ont peur de ne pas être reconnus comme mineurs, d’être détenus en centre fermé et donc ils sont très méfiants et peu réceptifs à nos informations », ajoute Laurence Bruyneel qui collabore avec tous les acteurs du HUB. « Grâce à des rencontres renouvelées, on gagne petit à petit leur confiance et ça aboutit parfois à une demande d’information de leur part voir même à une demande de signalement. » Un jeune signalé auprès du service des Tutelles a droit à être accueilli dans une structure adaptée, se voit désigné un Tuteur, a droit à être accompagné par un avocat et est soumis à l’obligation scolaire.

Recommandations : 

Les partenaires du HUB[1] demandent une protection effective des MENA, à savoir :

  • Via la création de centres de crise spécialisés pour MENA en transit : ces structures contribueraient à protéger ces enfants des dangers auxquels ils font face lorsqu’ils se retrouvent seuls à la rue. Pendant cette période, des professionnels pourraient aussi analyser leurs besoins immédiats et leur fournir les informations de base.
  • Par l’attribution d’un tuteur expérimenté pour accompagner le MENA : un tuteur provisoire nommé en urgence pour soutenir le jeune au plus vite.
  • La modification du système utilisé pour déterminer l’âge d’une personne : au vu des nombreux dysfonctionnements du système, nous demandons une modification du modèle employé en Belgique pour déterminer l’âge d’une personne.
  • Amélioration de la collaboration entre l’état et les services de première ligne qui sont en contact avec les MENA. Afin notamment de renforcer l’encadrement des MENA et de gagner en cohérence.

« Ces jeunes sont livrés à eux-mêmes, ont déjà vécu des choses très difficiles, sont souvent traumatisés, nous nous devons de mieux les aider », conclut Laurence Bruyneel.

Note :

1

le rapport « Migrants en transit en Belgique – Recommandations pour une approche plus humaine », est le fruit d’une collaboration entre Caritas International, le CIRÉ, la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, NANSEN et Vluchtelingenwerk Vlaanderen.

Actualités associées

Toutes les actualités