Accompagnement lors de la réintégration en Ukraine

Caritas International Belgique Accompagnement lors de la réintégration en Ukraine

© Caritas - Visite à nos partenaires en Ukraine et à Igor et sa famille.

© Caritas - Visite à nos partenaires en Ukraine et à Igor et sa famille.

25/01/2018

En 2017, le nombre de personnes accompagnées lors de la réintégration en Ukraine a doublé. Afin de mieux comprendre le contexte local et ainsi d’optimiser la préparation au retour, nous rendons régulièrement visite aux « retournés » et à nos partenaires locaux dans différentes régions.

En 2017, nous avons accompagné 633 personnes lors de leur retour. Parmi elles, un grand nombre était originaire d’Ukraine : 115 personnes, le double par rapport à 2016. Depuis la libéralisation du régime des visas, il n’est pas certain que le soutien à la réintégration des personnes qui retournent en Ukraine se poursuive au-delà de juin 2018. C’est probablement ce qui explique la forte hausse.

Perspectives d’avenir

La crise financière et la dévaluation de la devise, les bas salaires, le taux de chômage élevé et la corruption, sont les principales raisons qui poussent les Ukrainiens à la migration, souvent pour travailler quelques mois ou quelques années à l’étranger, souvent dans la clandestinité. Si quelque chose tourne mal, ils n’ont aucun filet de sécurité. Afin de mener à bien un retour digne et une réintégration durable, il est important de veiller à ce que les « retournés » bénéficient de soutien dans leur pays d’origine et à ce qu’ils aient un projet pour qu’ils puissent dans la mesure du possible être autonomes.

Les différents « retournés » visités par nos collègues se disent positifs quant au soutien dont ils ont bénéficié. Caritas Ukraine ne se consacre bien entendu pas uniquement au soutien des « retournés », mais surtout à la lutte contre la pauvreté, aux soins à domicile, au soutien aux victimes de guerre à l’Est, à l’accompagnement médical spécifique des personnes souffrant de problèmes mentaux, etc.

Visite en Ukraine

En août 2017, nous sommes partis avec Fedasil et la ville d’Ostende en Ukraine. Thomas Goedgezelschap, coach réintégration, revient brièvement sur cette visite : « Pendant notre visite, nous avons aussi revu Igor. Lorsqu’Igor est parti pour la France en 2014, sa famille en Ukraine était pleine d’espoir et d’attentes. Il allait chercher du travail dans la construction et envoyer de l’argent à la maison. De l’argent pour une vie meilleure. Personne ne s’attendait à revoir Igor deux ans plus tard, marchant difficilement et aveugle d’un oeil. Il travaillait en France et tout semblait aller pour le mieux, jusqu’à ce qu’il soit victime d’un accident du travail ».

« Caritas a renoué le contact entre Igor et sa famille, même si c’était difficile. Malgré sa situation perturbée, il ressort des histoires qu’Igor raconte qu’il souhaite retourner en Ukraine. Le budget de réintégration qu’Igor a reçu de Caritas International a principalement permis de payer les frais médicaux. Igor a été opéré de la cataracte et a en grande partie récupéré la vue. Étant donné que l’homme n’est plus en état d’aller travailler, du matériel agricole et des outils ont été achetés, de sorte qu’il puisse cultiver des légumes à petite échelle. »

Accompagnement lors de la réintégration

L’équipe de réintégration de Caritas International accompagne les personnes qui choisissent de retourner volontairement dans leur pays d’origine. À cet égard, le service travaille en étroite collaboration avec Fedasil et d’autres ONG qui ont un premier contact avec les candidats au retour. Le but des conseillers en réintégration de Caritas est de préparer la personne le mieux possible et de garantir une continuité entre Caritas en Belgique et les partenaires locaux de Caritas qui se chargent de l’accompagnement après le retour.

Grâce à nos partenaires locaux dans les pays d’origine, nous proposons un accompagnement individuel et adapté pendant plusieurs mois dans le pays d’origine. Ce soutien prend différentes formes : financière, psychosociale, administrative et économique. L’objectif ? S’assurer que la personne retournée puisse plus facilement faire face aux défis qu’elle pourrait affronter à son retour.

Actualités associées

Toutes les actualités