L’impact humain du coronavirus : visages et témoignages

Caritas International Belgique L’impact humain du coronavirus : visages et témoignages

© Caritas - Haider, réfugié irakien d’une de nos structures d’accueil. En raison de ses problèmes médicaux, il se conforme strictement aux mesures de quarantaine. Pour contrer la solitude, il peut compter sur les visites régulières de nos équipes.

© Caritas - Haider, réfugié irakien d’une de nos structures d’accueil. En raison de ses problèmes médicaux, il se conforme strictement aux mesures de quarantaine. Pour contrer la solitude, il peut compter sur les visites régulières de nos équipes.

27/04/2020

Le coronavirus a changé nos vies quotidiennes. Il impacte aussi celles des personnes accompagnées par Caritas ainsi que celles de nos équipes. Comment vivent-elles cette situation sans précédent et comment y font-elles face ? Elles et ils témoignent.

Le 14 mars, la Belgique et de nombreux pays dans le monde sont entrés quarantaine. Du jour au lendemain, plus d’école, des distances à respecter dans les supermarchés et tout le monde confiné chez soi. Ces mesures créent de la peur et de l’incertitude, mais aussi de la solidarité et des innovations.

Message d’espoir de Victorin

« Pendant ce confinement, mes journées sont complètement chamboulées », explique Victorin, jeune mineur arrivé seul en Belgique. « Je ne peux plus aller à l’école, au foot ou voir mes amis… Mais je m’adapte et trouve des moyens de faire des exercices chez moi. Dans moins de trois mois, le virus aura probablement touché la moitié du monde. C’est normal de s’inquiéter mais je reste optimiste. La science évolue de jour en jour ! ». Malgré son parcours déjà difficile, Victorin reste positif et poursuit sa transition vers l’autonomie.

L’équipe de Caritas contribue au numéro d’urgence sociale à Bruxelles

Le numéro d’urgence sociale gratuit a été activé à Bruxelles. A l’autre bout de la ligne, vous pourrez notamment compter sur l’oreille attentive de huit membres de l’équipe de travailleurs et travailleuses social-e-s de Caritas International. « Nous avons reçu une trentaine d’appels en quatre heures », explique Melissa suite à son shift au 0800 35 243. Maureen, sa collègue, ajoute : « Vous sentez bien que le besoin est là. Beaucoup de questions différentes sont posées et sur des sujets très variés tels que l’aide alimentaire, les refuges pour les sans-abris, les lois sur le chômage ou des sujets de santé ».

>>JE FAIS UN DON AU FONDS D’URGENCE CORONAVIRUS DE CARITAS

En Italie, Caritas Lodi soutient les personnes vulnérables

© Caritas Lodi

La ville italienne de Lodi est située dans le nord de la Lombardie, épicentre du coronavirus. En dépit du confinement, Caritas Lodi y poursuit son action en faveur des personnes les plus vulnérables. « Où vont les personnes sans-abri quand le gouvernement oblige tout le monde à reste chez soi ? » se demande l’organisation. « Nous continuons à leur fournir de la soupe et la possibilité de se doucher. Une bonne hygiène est essentielle dans la prévention de l’épidémie ». 

Créativité aux Logis de Louvranges

Ina et Bou, deux mères isolées de notre structure d’accueil pour demandeuses d’asile à Louvranges, se soutiennent et s’encouragent en cette période de confinement. Pour se changer les idées et ne pas sombrer dans la peur, elles se sont lancées dans un projet créatif : la création de pompons. « C’est plus agréable d’apprendre de nouvelles choses, que d’attendre sans rien faire », explique Bou.

>>À LIRE AUSSI: Coronavirus : Innover pour continuer à accompagner malgré la pandémie

Manou accompagne une famille afghane

Déménager pendant le confinement ? Une tâche très compliquée. Manou Ballyn , tutrice de Caritas témoigne : « Après six années d’une procédure particulièrement longue et ardue, la maman ainsi que les quatre frères et sœurs d’un de mes anciens pupilles sont arrivés en Belgique. En pleine pandémie, non seulement la recherche d’un logement a été difficile mais aussi celle de meubles…Tous les commerces non essentiels étant fermés. Heureusement, nous avons déniché une maison et offert quelques matelas, une table, des chaises et autres ustensiles indispensables. Toute la famille est maintenant bien installée et peut démarrer sa vie ensemble en Belgique. ». Corona ou pas, l’accès à un logement décent reste un pas essentiel vers l’intégration. On continue !

Jwan Jabo parle de ses angoisses

« Le corona a tout changé ! » témoigne Jwan Jabo, résident de notre centre d’accueil pour demandeurs/euses de protection internationale. « Tout semble différent. J’ai maintenant peur de simplement sortir alors qu’avant ça ne me posait aucun problème. Avant chaque sortie, je dois maintenant penser à ce que je sais et ce que je peux faire. C’est très effrayant. » 

UN OBJECTIF : ÊTRE LÀ POUR LES VICTIMES DE LA PANDÉMIE

Caritas International met tout en œuvre pour garantir l’accompagnement social et la protection des personnes, au sein de ses structures d’accueil et là où son assistance est requise, et en particulier des plus vulnérables d’entre elles. Le réseau de Caritas est également actif contre la propagation du virus dans une centaine de pays. En RD Congo, Syrie, au Zimbabwe, au Venezuela ou, plus près de chez nous en Italie, où les équipes mobiles contribuent au dépistage, organisent des accueils d’urgence, assurent des distributions alimentaires, etc…

Rejoignez l’équipe de secours de Caritas ! Pas besoin de sortir de chez vous, soutenez le Fonds d’urgence Coronavirus via notre plateforme de dons en ligne ou sur le compte BE88 0000 0000 4141 avec la communication « Coronavirus 005 ».

Actualités associées

Toutes les actualités