Caritas appelle à un véritable développement

Caritas International Belgique Caritas appelle à un véritable développement
29/01/2019

Les accords actuellement en cours de négociation ont un impact majeur sur la vie des populations issus de quatre continents du monde. Les discussions ont lieu entre l’UE, d’une part, et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), d’autre part. La semaine dernière, elles se déroulaient au Parlement européen. Caritas y était présent. Compte-rendu de la table ronde sur le nouveau partenariat UE-ACP.

Un futur partenariat fondé sur l’éradication de la pauvreté et l’implémentation des Objectifs de développement durable (ODD) devrait résulter d’un nouvel accord entre l’Union européenne (UE) et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Il s’agit en tout cas de l’appel lancé par les représentants de Caritas au Parlement, durant une table ronde à laquelle étaient présents des représentants de la Commission européenne, des parlementaires et des diplomates.

Quel successeur pour l'Accord de Cotonou ?

Le nouvel accord, en cours de négociation, remplacera l’actuel Accord de Cotonou[1] amené à prendre fin l’année prochaine. Il aura un impact sur les vies de personnes dans 106 pays issus de 4 continents, pour les années à venir.

« L’accord destiné à succéder à l’Accord de Cotonou constitue un grand pas en avant, un effort de plus dans la lutte contre les inégalités sociales et économiques. Afin d’atteindre ce but, nous estimons que les politiques de développement de l’UE doivent cibler les personnes les plus vulnérables et, une fois encore, celles laissées pour compte. », insiste Tom Devriendt, chargé de plaidoyer politique pour Caritas International et président du Groupe d’Action sur les ODD de Caritas Europa.

La table ronde, organisée conjointement par Caritas Europe et les eurodéputées Anna Záborská (PEE) et Elly Schlein (S&D), s’est tenue ce 23 janvier 2019. Ont également participé à l’événement : Alexandre Baum, conseiller de l’adjoint au Secrétaire général du Service européen pour l’action extérieure (SEAE), chargé des questions mondiales et économiques et des négociations post-Cotonou ;

Rigo Belpaire, chef d’équipe du groupe de travail sur l’après-Cotonou ; la Direction générale de la coopération internationale et du développement de la Commission européenne (DG DEVCO) ; Viwanou Gnassounou, sous-secrétaire général ACP chargé du Département du développement économique durable et du commerce ; Tom Devriendt, chargé de plaidoyer politique pour Caritas International Belgique ; et Daniel Thiombiano, gestionnaire de programme chez Caritas Niger.

Liens entre la migration et le développement

« Le futur partenariat EU-ACP ne doit pas être envisagé uniquement sous l’angle du commerce et des investissements, comme semblent le suggérer les deux mandats de négociation », explique Tom. « Au contraire, le nouvel accord doit être vu comme une occasion de faire en sortes que, lorsque le secteur privé est impliqué, la priorité soit donnée aux interventions qui apportent une valeur ajoutée évidente au développement. »

L’eurodéputée Schlein a établi un lien entre développement et migration et a appelé à des politiques cohérentes qui s’attaquent aux inégalités sur le moyen et le long terme, plutôt qu’aux flux migratoires sur le court terme.

Durant cette table ronde, cette problématique a aussi été soulevée par Daniel Thiombiano, gestionnaire de programme chez Caritas Niger : « Pendant que l’UE lutte contre la migration irrégulière dans notre région, cette dernière est elle-même délaissée. Cela a un impact négatif sur notre économie régionale. Nous appelons à un développement qui sert véritablement la région. »

Enfin, les participants ont exhorté les décideurs politiques à assurer la mise sur pied de canaux migratoires sûrs et légaux et de projets de développement dont la valeur ajoutée sert les communautés locales, ainsi que l’implémentation primordiale des Objectifs de développement durable et de l’Agenda 2030.


Caritas Europe[2] a présenté sa vision et ses recommandations sur un partenariat renouvelé entre l’UE et les pays ACP au travers d’un rapport de position, se basant sur l’expérience de longue date de son réseau dans la mise en œuvre de projets de développement en partenariat avec les communautés locales et dans le travail réalisé avec les communautés de migrants.

Celle-ci appelle l’UE et les pays ACP à établir un partenariat juste, qui prend en compte divers besoins, priorités de développement et intérêts, convaincue que le futur accord doit s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté, des conflits, de l’injustice et des inégalités, de manière à ce que chacun – indépendamment de son statut migratoire – ait accès à une vie digne.

Elle appelle les parties à reconnaître la migration comme processus dynamique et bénéfique tant pour l’UE que pour ses pays partenaires d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

Note :

[1]

Plus d’informations sur l’Accord de Cotonou sur le site du Conseil européen.

[2]

Plus d’informations sur leur site : www.caritas.eu

Actualités associées

Caritas International Belgique « La rencontre fait souvent office d’élément déclencheur pour l’insertion des personnes réfugiées » [Long read]

« La rencontre fait souvent office d’élément déclencheur pour l’insertion des personnes réfugiées » [Long read]

À quelles difficultés sont confrontés les réfugiés ? Quelle société voulons-nous pour eux ? Notre collègue, Ariane Dewandre, coordinatrice d’un projet d’accompagnement des réfugiés reconnus et professeur du cours d’éducation sociale,…

Lire plus
Toutes les actualités