L’histoire de Kahindo

Caritas International Belgique L’histoire de Kahindo

© Tommy Trenchard/Caritas Internationalis - Kahindo, 37 ans, vit à Mangina (RD Congo). Elle se reconstruit après survécu la maladie.

© Tommy Trenchard/Caritas Internationalis - Kahindo, 37 ans, vit à Mangina (RD Congo). Elle se reconstruit après survécu la maladie.

21/01/2020

« Ils attendent la mort. Peut-être que ce sera eux demain, ou après-demain. »

Kahindo Kitakya Fazila a perdu dix membres de sa famille à cause du virus Ebola, dont sa mère. Kahindo elle-même était malade et terrifiée.

Kahindo Kitakya Fazila a perdu dix membres de sa famille à cause du virus Ebola, dont sa mère. Kahindo elle-même était malade et terrifiée.

« Au moment où ma mère est décédée », dit-elle, « toute la famille avait des symptômes et les agents de santé nous ont tous emmenés au centre de soins de l’Ebola. J’avais tellement peur. Nous avions tous peur. Plus de vingt personnes mouraient chaque nuit. »[1]

Je ne sais pas pourquoi j’ai survécu et les autres non.

- Kahindo

Cette épidémie, la deuxième en gravité de l’histoire, a tué plus de la moitié des personnes infectées.

« Je ne sais pas pourquoi j’ai survécu et les autres non », dit-elle avec perplexité. Heureusement, ses enfants en ont tous réchappé.

La vie après l’Ebola

Faible et affligée, Kahindo est rentrée chez elle, pour retrouver ses voisins et sa famille qui l’ont évitée. « Je me suis sentie abandonnée », dit-elle. « Dans ma tête, je me sentais si seule. »

© Tommy Trenchard/ Caritas Internationalis – La distribution de vivres est indispensable pour permettre aux familles comme celle de Kahindo de se relever.

Alors, l’équipe de Caritas est venue dans son village. Elle a expliqué gentiment à la famille qu’il lui restait qu’elle n’était plus contagieuse. A côté de ça, un approvisionnement mensuel de riz, de haricots, d’huile et de sel a été mis en place. « Sans ça, nous serions peut-être déjà morts », murmure Kahindo.

>> À LIRE AUSSI : Six choses que vous ne saviez pas sur Ebola 

Aider et être aidé

Aujourd’hui, elle apporte son aide dans une crèche soutenue par Caritas. Là, les enfants des personnes atteintes de l’Ebola sont vaccinées et surveillées pendant 21 jours, ce qui leur donne de bonnes chances de survie.

« Je voulais restituer l’aide des gens qui se sont occupés de moi », explique-t-elle. Travailler avec les enfants est aussi important pour elle que pour eux, et donne un sens à l’objectif d’aider son propre processus de guérison.

Note :

1

Ce témoignage a été récolté par Harriet Paterson de Caritas Internationalis.

Derrière chaque chiffre, il y a une histoire

Caritas International Belgique L’histoire de Mustapha

L’histoire de Mustapha

Pendant des années, Mustapha Essaihe a eu un petit café dans le village marocain de Nador. Parmi toutes les histoires rapportées par ses client-e-s, celles…

Lire plus
Caritas International Belgique L’histoire de Danat

L’histoire de Danat

Arrivée en Belgique en 2015 lors d’une réunion de travail, Danat Aluma Kebeda y aperçoit de meilleures perspectives d’avenir et décide alors de rester. Mais…

Lire plus
Caritas International Belgique L’histoire de Kahindo

L’histoire de Kahindo

Kahindo Kitakya Fazila a perdu dix membres de sa famille à cause du virus Ebola, dont sa mère. Kahindo elle-même était malade et terrifiée.

Lire plus
Toutes les histoires