Réfugiés vulnérables : transition vers l’autonomie

Caritas International Belgique Réfugiés vulnérables : transition vers l’autonomie

© Pauline Willot - Avec des logements de transition, les personnes vulnérables ayant le statut de réfugié peuvent compter sur un accompagnement vers une vie autonome après leur séjour dans un centre d'accueil collectif.

© Pauline Willot - Avec des logements de transition, les personnes vulnérables ayant le statut de réfugié peuvent compter sur un accompagnement vers une vie autonome après leur séjour dans un centre d'accueil collectif.

29/08/2020

Titre:

Transition vers l’autonomie de personnes vulnérables ayant le statut de réfugié reconnu (TVU)

Public:

160 personnes (environ 50 familles) pourront, à l’issu de leur procédure d’asile, bénéficier d’un logement de transition et d’un accompagnement vers l’autonomie. Le projet cible les demandeurs/euses de protection internationale qui ont obtenu un titre de séjour et doivent quitter les structures d’accueil, mais dont la transition vers l’autonomie pose problème en raison d’une vulnérabilité (handicap, problème médical important, problème psychosocial, analphabétisme, etc.).

Objectifs:

Faciliter la transition vers l’autonomie et le démarrage de la vie en Belgique pour des réfugiés issus de groupes-cibles vulnérables et qui ont obtenu un titre de séjour.

Lieu:

A Bruxelles, Liège, Louvain et Malines

Durée:

Projet démarré en mars 2016

Le logement : une étape importante mais difficile vers l'autonomie

Les réfugié-e-s qui obtiennent une décision positive suite à leur demande de protection internationale (asile) n’ont que deux mois pour quitter leur structure d’accueil, trouver un logement et entreprendre les démarches administratives qui donnent accès aux droits sociaux. Souvent, ils et elles se heurtent à de nombreux obstacles comme les difficultés d’accès à un logement privé en raison de discrimination, par exemple. Ou encore : la barrière de la langue, la méconnaissance des démarches à entreprendre ou du fonctionnement des institutions, etc.

Cette transition est d’autant plus difficile pour des réfugiés dits « vulnérables » (personnes avec un handicap, un problème médical important, un problème psychosocial, analphabétisme, etc), en raison de problématiques supplémentaires à surmonter.

>>A LIRE AUSSI : Se loger après le coronavirus : Réfugié-e-s cherchent logement

Caritas souhaite maximiser les chances de réussite de leur transition vers l’autonomie par le biais de ce projet soutenu par Fedasil dans le cadre de son programme de transition pour personnes n’ayant plus droit à l’accueil. Les personnes réfugiées vulnérables bénéficient alors d’un logement individuel et d’un accompagnement social adapté.

Ce soutien s’inscrit dans les activités de l’équipe Intégration, à l’expertise forte de 7 années d’expérience en matière d’intégration de réfugié-e-s vulnérables. Les personnes accompagnées par Caritas International sont sélectionnées sur la base de critères de vulnérabilité.

Plus qu'un toit, un soutien et accompagnement aux plus vulnérables

Une équipe experte de coachs et d’employé-e-s interculturel-le-s est prête à accueillir les plus vulnérables dans des logements individuels. Ils répondent aux demandes d’aide et offrent un soutien dans la planification de leur avenir en Belgique. « Dès le premier jour, nous avons été accueillis à bras ouverts à Malines. Ici, notre suivi médical s’est fait rapidement. Le processus d’intégration a également été étroitement soutenu. De plus, l’équipe nous a aidé à prendre des rendez-vous et à poursuivre le traitement de notre dossier. Nous en sommes très reconnaissants », déclarent Ararat et Liana, deux anciens résidents de logements de transition gérés par Caritas.

>> À LIRE AUSSI: Réfugiés vulnérables : dernière escale avant une vie en autonomie

Concrètement, ce projet vise donc à maximiser les chances d’une transition réussie vers l’autonomie en proposant :

  • Un hébergement dans des logements individuels afin de permettre la gestion autonome de son logement, d’un budget et de la vie quotidienne. Des logements sont proposés dans trois grandes villes du pays : Bruxelles, Malines et Liège. La période d’hébergement est transitoire et ne peut pas dépasser 6 mois.
  • Un accompagnement social adapté qui vise la prise en charge de besoins spécifiques, le renforcement des capacités, des connaissances et du capital social, la construction d’un réseau professionnel ou associatif autour de la personne, etc.
  • Un soutien pour la recherche d’un logement définitif sur le marché privé et pour l’ouverture des droits sociaux.

Plus d'infos ?

Contactez la coordinatrice du projet.

Aidez-nous

Faites un don

Les dons de 40 € ou plus sur base annuelle sont déductibles fiscalement. Vous récupérez jusqu’à 45 % de votre don.

Une question ? Contactez-nous

Actualités associées