Réfugiés vulnérables : transition vers l’autonomie

Caritas International Belgique Réfugiés vulnérables : transition vers l’autonomie

© Pauline Willot

© Pauline Willot

29/08/2016

Titre:

Transition vers l’autonomie de réfugiés reconnus issus de public-cibles vulnérables

Lieu:

A Bruxelles, Maline et Anvers

Durée:

Projet démarré en mars 2016

Public:

160 personnes (environ 50 familles) pourront, à l’issu de leur procédure d’asile, bénéficier d’un logement de transition et d’un accompagnement vers l’autonomie. Le projet cible les demandeurs d’asile qui ont obtenu un titre de séjour et doivent quitter les structures d’accueil, mais dont la transition vers l’autonomie pose problème en raison d’une vulnérabilité (handicap, problème médical important, problème psychosocial, analphabétisme, etc.).

Objectifs:

Faciliter la transition vers l’autonomie et le démarrage de la vie en Belgique pour des réfugiés issus de groupes-cibles vulnérables et qui ont obtenu un titre de séjour.

Deux mois pour se loger

Les réfugiés qui obtiennent une décision positive suite à leur demande d’asile n’ont que deux mois pour quitter leur structure d’accueil, trouver un logement et entreprendre les démarches administratives qui donnent accès aux droits sociaux.

Souvent, ils se heurtent à de nombreux obstacles comme les difficultés d’accès à un logement privé en raison de discrimination, par exemple. Ou encore : la barrière de la langue, la méconnaissance des démarches à entreprendre ou du fonctionnement des institutions, etc.  Cette transition est d’autant plus difficile pour des réfugiés dits « vulnérables » (personnes avec un handicap, un problème médical important, un problème psychosocial, analphabétisme, etc), en raison de problématiques supplémentaires à surmonter. Caritas souhaite maximiser les chances de réussite de leur transition vers l’autonomie par le biais de ce projet soutenu par Fedasil.

40 logements

Nous disposons de 112 places dites de transition vulnérables (TVU), réparties dans 40 logements à Bruxelles, Malines et Liège. L’identification des bénéficiaires se fait sur base de critères définis de vulnérabilité (problématiques médicales, psychologiques ou sociales). Pendant 2 à 6 mois maximum, nous veillons à proposer un accompagnement social adapté, dans le but d’encourager l’autonomie des personnes. Nous les aidons dans leur recherche d’un logement définitif sur le marché locatif privé.

« Afin de préparer les personnes au profil vulnérable à une vie indépendante en si peu de temps, nous devons miser sur le renforcement des capacités, le capital social et la résilience. Ce n’est que de cette manière que le séjour dans notre logement de transit peut avoir une plus-value. Chaque coach intégration y travaille en duo avec ‘un expert du vécu’, lui-même migrant d’origine non-européenne. De nombreuses vulnérabilités ne sont surmontées qu’à long terme (p.ex. illettrisme). Nous tentons dès lors de créer un réseau avec des individus, des acteurs institutionnels, des tandems de volontaires. Nous essayons de trouver un logement définitif dans la même ville, de sorte que ce réseau puisse continuer d’exister. Nous travaillons également sur le bail glissant – un projet pilote qui permettrait d’assurer cette continuité », explique Ariane Dewandre, responsable du projet.

Concrètement

Ce projet vise donc à maximiser les chances d’une transition réussie vers l’autonomie en proposant :

·         Un hébergement dans des logements individuels afin de permettre la gestion autonome de son logement, d’un budget et de la vie quotidienne. Des logements sont proposés dans trois grandes villes du pays : Bruxelles, Malines et Liège. La période d’hébergement est transitoire et ne peut pas dépasser 6 mois.

·         Un accompagnement social adapté qui vise la prise en charge de besoins spécifiques, le renforcement des capacités, des connaissances et du capital social, la construction d’un réseau professionnel ou associatif autour de la personne, etc.

·         Un soutien pour la recherche d’un logement définitif sur le marché privé et pour l’ouverture des droits sociaux.

Aidez-nous

Faites un don

Les dons de 40 € ou plus sur base annuelle sont déductibles fiscalement. Vous récupérez jusqu’à 45 % de votre don.

Une question ? Contactez-nous