« Tu n’es qu’une femme » – Dialogue avec les résidentes des Logis de Louvranges

Caritas International Belgique « Tu n’es qu’une femme » – Dialogue avec les résidentes des Logis de Louvranges

© Isabel Corthier

© Isabel Corthier

04/06/2019

Notre structure d’accueil à Louvranges, en Brabant Wallon, héberge actuellement 24 femmes et 32 enfants. Pendant qu’elles attendent une réponse à leur demande de protection internationale, elles peuvent enfin se poser, se rencontrer et partager leurs expériences souvent traumatisantes. Aujourd’hui, elles rentrent en dialogue avec nos partenaires de Caritas Maroc et Cameroun. L’objectif : faire entendre leurs craintes et aspirations !

« Amadou ! Amadou ! A-ma-douuuu ! ». Deux filles crient le nom de leur petit frère en gardant les yeux grands ouverts dans l’espoir qu’il dévoile sa cachette. Derrière un muret, une petite tête apparaît. Rapidement, il détale comme un lièvre avec, à sa poursuite, deux grandes sœurs aux anges. Pendant que les enfants jouent, insouciants, les mamans discutent, partagent leurs expériences de femme en Belgique et dans leur pays d’origine.

Entre ciel et terre

« Sans papiers, vous êtes bloquée, quelque part entre ciel et terre », raconte Mariam*. « Je pleure beaucoup. Pourtant, mes attentes sont maigres. Je veux juste vivre simplement. En Tunisie, il n’y a plus rien pour moi. » L’insécurité d’un avenir sans l’obtention du statut de réfugié, vit parmi les résidentes. Pourtant, elles ont de grandes chances de pouvoir être reconnues : 86 % des femmes qui ont quittées Louvranges en 2018 ont obtenu un statut et permis de séjour.

Pour Claudia*, originaire du Congo, l’insécurité n’est plus. Après environs deux années, elle vient d’apprendre qu’elle a été reconnue en tant que réfugiée. Elle déménage la semaine prochaine. « Je suis protégée, j’aurai un toit au-dessus de la tête, de la nourriture… tout ce dont j’ai besoin. Mais d’autres n’ont pas tout ça, vivent dans la rue. Ce me touche beaucoup. »

Fatoumata* sait de quoi elle parle… Elle était, elle-même, détenue en centre fermé parce qu’elle n’avait pas les bons papiers. « J’ai des contacts avec d’autres Guinéens. Il y en a qui vivent sans papiers, sans rien, mais qui ont trop peur de retourner au pays. D’autres ont été reconnus, d’autre encore sont décédés ou sont partis vers un autre pays. »

Changement politique ou individuel ?

Equipés de gros feutres colorés, les enfants dessinent des arbres, fleurs et un éléphant qui ornent à présent la salle où les mamans dévoilent petit à petit leur histoire. Le récit d’exile de chacune d’entre elles est très lourd et ce passé difficile les a toutes fragilisées et rendues vulnérables. Mais elles n’y voient pas toutes la même causalité : « Les problèmes que nous, femmes, rencontrons, dépendent de notre classe sociale », dit Valentine*. « Au Rwanda, les autres problèmes sont surtout politiques. Personne n’ose dénoncer ça. »

« La politique, c’est la base de tout », pense Claudia* tout haut. « Lorsqu’une loi dicte qu’on ne peut voler, les gens ne volent pas. Si la loi interdisait aux maris de battre leurs femmes, les hommes prendraient peur. Les lois et usages influencent les populations. »

« On parle de gouvernements mais… chez nous, ça commence dans les familles », ajoute Fatoumata, indignée. « Parfois, il arrive qu’une femme soit battue sur la place publique, au marché. Si celui qui la bat dit qu’il est son époux, personne ne défendra cette femme ! »

« Par le passé, tout ça était normal pour moi… même si j’en souffrais », continue Fatoumata. « J’ai été excisée. Mais je ne voulais pas que ça arrive à ma fille. J’avais tellement peur. Il y a des filles qui en meurent, vous savez… De nombreuses femmes ont déjà quitté le pays mais on tente de garder le contact avec celles et ceux qui restent. J’ai l’impression que les choses commencent à bouger. »

Femmes isolées

Chantal* est assise par terre avec son fils. Il attrape continuellement de nouveaux « jouets », comme une bouteille en plastique. « En tant que femme seule, vous perdez vos droits », dit-elle. « Dans la province congolaise d’où je viens, une femme divorcée est montrée du doigts alors qu’un homme peut se remarier sans soucis. Votre directeur peut même vous dire ‘ah tu n’es pas mariée, alors je propose que tu deviennes ma maîtresse.’ Comme ça. Sans autre chose. Et vous devez accepter ou changer d’emploi. »

Chacune de ces femmes avait de très bonnes raisons de quitter son pays d’origine, qu’elles soient personnelles ou politiques. Parce qu’elles sont femmes, elles sont vulnérables, dans leur pays d’origine, pendant leur exil ou en Belgique. « Certains problèmes ne touchent que les femmes », termine Chantal. « Certains ne vous voient que comme femme. Tu n’es qu’une femme. »

Note :

*

Les noms ont été changés pour préserver l’anonymat des personnes

Actualités associées

Caritas International Belgique « La rencontre fait souvent office d’élément déclencheur pour l’insertion des personnes réfugiées » [Long read]

« La rencontre fait souvent office d’élément déclencheur pour l’insertion des personnes réfugiées » [Long read]

À quelles difficultés sont confrontés les réfugiés ? Quelle société voulons-nous pour eux ? Notre collègue, Ariane Dewandre, coordinatrice d’un projet d’accompagnement des réfugiés reconnus et professeur du cours d’éducation sociale,…

Lire plus
Toutes les actualités