Economie durable et diversifiée à Jénine (Palestine)

Caritas International Belgique Economie durable et diversifiée à Jénine (Palestine)

© Caritas Jerusalem – Cet apiculteur a pu développer son exploitation grâce à Caritas.

© Caritas Jerusalem – Cet apiculteur a pu développer son exploitation grâce à Caritas.

05/11/2019

Titre:

Renforcement d'une économie rurale durable et diversifiée dans les campagnes du gouvernorat de Jénine - Synergy II

Durée:

3 ans de février 2018 à février 2021

PARTENAIRE LOCAL:

Caritas Jérusalem

Lieu:

les villages de Zababdeh, Marj Ibn Amer et Burquin à Jénine en Palestine (Cisjordanie)

Budget:

€ 464.080,40

FONDS PROPRES:

€ 150.000

CONTEXTE : CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN

Le gouvernorat de Jénine est au cœur du conflit israélo-palestinien, avec une partie de sa superficie appartenant à la zone C de la Cisjordanie[1] . La situation socioéconomique est très difficile : le taux de chômage avoisine les 16% et plus de 33% de la population vit en insécurité alimentaire. L’expansion des colonies de peuplement israéliennes menace également la population palestinienne.

Pour les Palestinien-ne-s de la zone C, il est presque impossible d’obtenir un permis de construire. De plus, Israël détruit les maisons sans permis. Ces personnes se retrouvent alors contraintes de quitter leur domicile. Elles sombrent ainsi encore plus profondément dans la pauvreté et la dépendance à l’aide humanitaire.

Mais même dans les zones A ou B, les autorités israéliennes gardent un contrôle sur les principales ressources comme l’eau, et également sur les voies d’accès (routes, check-points, etc) entre les différentes localités, rendant souvent très difficile la commercialisation des produits entre une zone et une autre.

L’agriculture, en plus d’être la principale source de revenus, est devenu le meilleur moyen de prévenir la saisie de terres. Caritas y concentre donc son énergie en mettant l’accent sur l’agriculture familiale et les possibilités de création d’emplois, en particulier chez les jeunes et les femmes.

OBJECTIF : UNE ECONOMIE RENFORCEE

L’objectif général du projet est de renforcer une économie durable et diversifiée dans la campagne de Jénine, au nord de la Cisjordanie. Il vise à soutenir les petits agriculteurs et agricultrices en leur offrant une meilleure sécurité alimentaire et des revenus accrus, tout en faisant la promotion de l’agrotourisme dans la région.

> > A LIRE : L’histoire d’Ibrahim, un entrepreneur dynamique avec plus d’un tour dans son sac.

 

ACTIVITES : S’OUTILLER POUR S’AGRANDIR

Les agriculteurs et agricultrices se voient offrir la possibilité de participer à des formations techniques. Ils pourront également bénéficier de bourses individuelles et de visites d’études thématiques.

Concrètement, les exploitations en phase de développement reçoivent aussi le matériel nécessaire pour se développer. Des ruches pour les apiculteurs et apicultrices, une machine pour la fabrication de crèmes de beauté naturelles, du matériel pour un pigeonnier… Voici quelques exemples parmi tant d’autres.

> > A LIRE : L’histoire de Fatima et son magasin avec des produits en circuit court : de sa serre à son comptoir.

GROUPE CIBLE : LES PETITS EXPLOITANTS

Trois groupes cibles ont été identifiés :

  • Les familles rurales et des banlieues ayant des petites exploitations : 50 familles (environ 300 personnes) pourront avoir recours à des bourses. Au moins 120 personnes suivront aussi des formations techniques.
  • Les municipalités, organisations communautaires, ONG et entreprises du secteur privé. Ces différents acteurs seront mis en synergie lors de l’extension des petites exploitations. De plus, les solutions innovantes contribueront à l’agrotourisme dans la région.
  • Les villageois et les communautés locales des zones rurales. On estime à environ 10.000 le nombre de personnes qui bénéficieront indirectement de ce projet par la création d’emplois, la mise en place de nouvelles infrastructures,…

Note :

1

Pour rappel, la Cisjordanie est divisée en trois zones : A, B et C. La zone A est largement contrôlée par l’Autorité palestinienne. Dans la zone B, les compétences sont réparties entre l’Autorité palestinienne et Israël. Au sein de la zone C – comptant plus de 60% de la superficie, Israël exerce un contrôle presque complet. Même si les colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie violent le droit international, on recense à présent plus d’Israélien-ne-s que de Palestinien-ne-s dans cette zone.

Aidez-nous

Faites un don

Les dons de 40 € ou plus sur base annuelle sont déductibles fiscalement. Vous récupérez jusqu’à 45 % de votre don.

Une question ? Contactez-nous