Journée internationale des migrants et migrantes : la solidarité plutôt que les murs et la violence

Caritas International Belgique Journée internationale des migrants et migrantes : la solidarité plutôt que les murs et la violence

© Isabel Corthier - Mohammad (à droite sur la photo), sa femme Khadija et leurs enfants, ont dû fuir la Syrie. Aujourd’hui, ils vivent à Beloeil (Hainaut) où ils ont rencontré Linda (au milieu sur la photo) et son mari Thierry dans le cadre du projet « Community sponsorship. »

© Isabel Corthier - Mohammad (à droite sur la photo), sa femme Khadija et leurs enfants, ont dû fuir la Syrie. Aujourd’hui, ils vivent à Beloeil (Hainaut) où ils ont rencontré Linda (au milieu sur la photo) et son mari Thierry dans le cadre du projet « Community sponsorship. »

18/12/2021

En cette journée internationale des migrant-e-s, Caritas Europa [1] et Caritas International appellent les décideurs et décideuses politiques ouvrir des voies régulières et sûres vers l’Europe, plutôt qu’à traiter les migrant-e-s comme une menace et à construire des murs. Les personnes en exil traversent les frontières pour des raisons qui leur sont propres : chercher une protection, travailler, étudier, retrouver des membres de leur famille… Et elles doivent être traitées avec dignité.

Les personnes migrantes et celles qui défendent leurs droits en Europe font chaque jour les frais de politiques de repli sur soi et de rejet. Des politiques qui trop souvent tuent : naufrages mortels dans la Manche et la Méditerranée,  personnes utilisées comme des pions à la frontière avec la Biélorussie et laissées à l’agonie dans les bois gelés aux portes de l’Union européenne ou encore les innombrables refoulements en Grèce et le long de la route des Balkans.

>> LIRE À CE SUJET : Répression massive des personnes migrantes aux frontières européennes : est-ce l’avenir dont nous rêvons ?

Mineur-e-s : un chemin de tous les dangers

Manou Ballyn coordonne un projet de Caritas International-CAP Brabantia qui apporte un soutien aux mineurs étrangers non accompagnés (MENA) originaires d’Érythrée, du Soudan et d’Éthiopie en transit par la Belgique vers le Royaume-Uni. Elle témoigne des terribles épreuves que traversent de nombreux MENA : « Beaucoup sont passé-e-s par la Libye, par exemple, où ils ont été victimes de violences sexuelles, d’esclavage et de mauvais traitements très traumatisants. C’est loin d’être fini en Europe – beaucoup font état de violences policières et de la dépossession de leurs effets personnels. »

>> LIRE À CE SUJET : Un autre accueil est possible pour les MENA en transit qui dorment en rue

Caritas International Belgique Journée internationale des migrants et migrantes : la solidarité plutôt que les murs et la violence

Solidarité et inclusion

Dans ce contexte, nous exhortons les dirigeant-e-s européen-ne-s à cesser d’affaiblir la Convention de Genève sur les réfugiés, à arrêter de légaliser les pushbacks[2] et d’introduire des dérogations au droit européen[3], dont la dernière en date à l’initiative de la Commission européenne visant la Pologne, la Lituanie et la Lettonie. Nous nous faisons également l’écho du message du Pape François[4], délivré lors de sa visite à Lesbos, en Grèce, le 5 décembre 2021 : « Il est affligeant d’entendre des propositions visant à utiliser les fonds communs pour construire des murs et des barbelés comme solution. […] Pourtant, on ne résout pas les problèmes et on n’améliore pas la coexistence en construisant des murs plus hauts, mais en unissant les forces pour prendre soin des autres selon les possibilités concrètes de chacun et dans le respect de la loi, en donnant toujours la primauté à la valeur inaliénable de la vie de chaque être humain. »

« Les personnes ont toujours traversé les frontières, que ce soit pour trouver la paix, l’amour ou de meilleures opportunités, et cela ne s’arrêtera pas, quelle que soit la hauteur des barrières[5]. Nous appelons à un changement radical des politiques migratoires : au lieu de financer des murs coûteux et de militariser nos frontières pour arrêter les mouvements de personnes, investissons dans des parcours sûrs et réguliers, des centres d’accueil décents et des sociétés plus accueillantes qui facilitent l’inclusion sociale pour le bien commun. », ponctue Maria Nyman, Secrétaire générale de Caritas Europa.

Caritas International Belgique Journée internationale des migrants et migrantes : la solidarité plutôt que les murs et la violence

Une richesse pour les sociétés d’accueil

Cette journée internationale des migrant-e-s est enfin l’occasion de souligner à nouveau les contributions positives de la migration à nos sociétés et également de rendre hommage aux innombrables personnes qui aident les migrant-e-s d’une manière ou d’une autre, en choisissant la rencontre plutôt que la peur.

>> LIRE À CE SUJET : Penser une maison commune : migration et développement en Belgique

Pour plus d’informations

vous pouvez contacter :

Leïla Bodeux 
Responsable politique & plaidoyer
Tel: +32 (0)2 235 26 55
Mob: +32 (0)478 58 54 09
lbodeux@caritas.eu

Susan Dabbous 
Attachée de presse
Mob: +32 470128803
sdabbous@caritas.eu

 


Caritas International Belgique Journée internationale des migrants et migrantes : la solidarité plutôt que les murs et la violence

Note :

[1]

Caritas Europa est le réseau des organisations Caritas sur le continent européen. La collaboration de ses 49 membres, présents dans 46 pays européens, fait de Caritas Europa l’un des principaux acteurs sociaux en Europe.

[2]

Pushbacks : en l’absence d’une définition internationalement reconnue  dans le contexte des migrations mondiales (…), le Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants décrit les « pushbacks » comme « diverses mesures prises par les États qui ont pour conséquence que les migrants, y compris les demandeurs d’asile, sont sommairement renvoyés de force dans le pays où ils ont tenté de traverser ou ont traversé une frontière internationale sans avoir accès à la protection internationale ou aux procédures d’asile ou sans qu’il ne soit procédé à une évaluation individuelle de leurs besoins de protection, ce qui peut entraîner une violation du principe de non-refoulement » – Questionnaire du Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants: les pratiques de pushbacks et leur impact sur les droits de l’homme des migrants

Actualités associées

Toutes les actualités