Les engagements pour relocaliser les enfants non-accompagnés depuis la Grèce doivent immédiatement être honorés

Caritas International Belgique Les engagements pour relocaliser les enfants non-accompagnés depuis la Grèce doivent immédiatement être honorés

© Lefteris Partsalis/Caritas Zwitserland - Aujourd'hui plus que jamais, la protection des enfants non-accompagnés doit être assurée

© Lefteris Partsalis/Caritas Zwitserland - Aujourd'hui plus que jamais, la protection des enfants non-accompagnés doit être assurée

17/04/2020

Des dizaines de milliers de personnes sont toujours coincées dans les camps des îles grecques, notamment des personnes âgées, handicapées ou souffrant de graves problèmes de santé, mais aussi des femmes enceintes, des familles avec enfants et 1.752 enfants non-accompagnés. La plupart de ces enfants n’ont pas accès aux besoins de base tels qu’un logement, une nourriture adéquate, des soins médicaux et psychosociaux ou une éducation.

La surpopulation et l’accès extrêmement limité à l’eau courante, aux toilettes et aux douches empêchent les personnes coincées sur les îles grecques de respecter les mesures de protection face au COVID19. Elles se voient alors exposées à des risques d’infections, de maladies graves, voire même de mortalité. Surtout les personnes avec des problèmes de santé sous-jacents.

La protection des enfants non-accompagnés doit être assurée

Aujourd’hui plus que jamais, la protection des enfants non-accompagnés doit être assurée. Tous les efforts mis en place pour participer à la décongestion des centres d’accueil sur les îles grecques doivent être soutenus afin que les personnes qui y vivent aient une chance de protéger leur vie et leur santé tout en se conformant aux mesures sanitaires contre la propagation du COVID-19.

À la mi-mars, la Commission européenne avait annoncé qu’elle accepterait de réinstaller 1.600 enfants non-accompagnés depuis les îles. Malgré l’engagement de dix pays[1], nous constatons une stagnation des efforts, à l’exception de deux pays : le Luxembourg et l’Allemagne.

Des nouvelles prometteuses du Luxembourg et d'Allemagne

Cette semaine, douze enfants sont arrivés au Luxembourg en toute sécurité.[2] Soutenus par Caritas Luxembourg et l’Office National de l’Enfance (ONE) luxembourgeois, ils resteront dans un premier temps dans une maison louée afin de respecter une période de quarantaine de 14 jours. Par la suite et tout au long de leur procédure de demande de protection internationale, ils seront accompagnés par Caritas et l’ONE dans leurs démarches quotidiennes.

L’Allemagne est également en train de réinstaller un groupe de 58 enfants non-accompagnés depuis la Grèce. Ils sont arrivés ce week-end.[3] 

Le respect des engagements est d'une importance cruciale

L’engagement des différents États de réinstaller ces enfants non-accompagnés depuis les îles grecques a envoyé un signal de solidarité bien nécessaire. Honorer sans délai ces engagements est d’une importance cruciale afin de protéger ces enfants.

Avec huit cas de COVID-19 confirmés début avril au sein de la population locale de l’île de Lesbos, et un cas à Samos, il est plus que temps d’agir.

Ainsi, nous espérons que la Belgique suive rapidement l’exemple du Luxembourg et de l’Allemagne.

Note :

1

Commission européenne « Migration: First unaccompaned childres relocated from Greece to Luxembourg », 15 avril 2020, consulté le 17/04/2020

 

 

2

Luxemburger Wort, « Ne Laissez pas les enfants dans les décharges », 15 avril 2020, consulté le 17/04/2020.

3

Caritas Allemagne, « Caritas gibt Flüchtlingskindern aus Griechenland Beistand », 16 avril 2020, consulté le 17/04/2020.

Actualités associées

Toutes les actualités