Assistance aux jeunes migrant-e-s en transit

Caritas International Belgique Assistance aux jeunes migrant-e-s en transit

© Canva/Bodnarchuk – Les jeunes migrant-e-s en transit en Belgique se trouvent souvent dans des situations juridiques complexes et risquent d’être victimes de disparition, de trafic d'êtres humains et de pratiques illégales.

© Canva/Bodnarchuk – Les jeunes migrant-e-s en transit en Belgique se trouvent souvent dans des situations juridiques complexes et risquent d’être victimes de disparition, de trafic d'êtres humains et de pratiques illégales.

22/04/2021

Titre:

Xtra MENA

Lieu:

Belgique

Durée:

du 01/04/2019 au 31/12/2021

Public cible:

Jeunes mineurs étrangers non accompagnés (MENA) en transit en Belgique. Ce sont des jeunes mineurs qui se trouvent en Belgique mais qui sont en transit vers un autre pays européen.

Objectifs :

Soutenir et accompagner les jeunes en transit en les informant sur tous les aspects de la protection et de l’accueil des MENA en Belgique ; sensibiliser, former et soutenir les acteurs/trices de première ligne et les professionnel‑le‑s avec lesquel‑le‑s ces jeunes sont en contact, y compris dans le secteur de l’aide à la jeunesse et dans les villes et communes concernées ; élaborer une proposition de parcours d’accueil accessible et solidaire pour les MENA en transit.

Partenaires:

Fedasil et l'équipe tutelle de MENA (CAP Brabantia - l'antenne de Caritas International)

Des jeunes en situation de vulnérabilité

Chaque jour, en moyenne entre 5 et 20 jeunes mineur‑e‑s venu-e-s seul-e-s de l’étranger arrivent ou sont identifié-e-s en Belgique[1]. On parle de « mineurs étrangers non accompagnés » (MENA), lorsqu’ils et elles ne sont pas accompagné-e-s d’un parent ou d’une personne exerçant l’autorité parentale. Certains d’entre eux ne souhaitent pas rester dans notre pays comme l’explique Manou Ballyn, tutrice de jeunes MENA (CAP Brabantia - Antenne de Caritas International) : « De plus en plus de jeunes migrant-e-s transitent par la Belgique avec l’objectif de rejoindre le Royaume-Uni ou un autre pays européen ».

« Ces jeunes très vulnérables n’introduisent pas, dans un premier temps, de demande de protection internationale chez nous, car ils et elles veulent continuer leur voyage vers un autre pays. C’est la raison pour laquelle ils et elles essaient de passer inaperçus. Ces jeunes ne veulent pas être connu-e-s des autorités belges et n’entrent donc pas dans le réseau officiel d’accueil », continue Manou.

>> A LIRE AUSSI : Transmigrant-e-s : « Ces jeunes veulent juste se construire un avenir » 

Les jeunes MENA en transit sont un des groupes les plus vulnérables dans le domaine de l’asile et de la migration. « Ces jeunes se trouvent souvent dans des situations juridiques complexes et risquent d’être victimes de disparition, de trafic d’êtres humains et de pratiques illégales. Étant donné leur méfiance à l’égard du système existant et leur réticence à officialiser leur présence de quelque manière que ce soit, ils et elles s’en remettent à des réseaux informels, où circulent souvent des informations incorrectes. La situation d’un-e mineur-e est fort différente de celle d’un‑e adulte. »

Sensibiliser, informer, former et accompagner ces jeunes

L’équipe des tutrices et tuteurs (CAP Brabantia – Antenne Caritas International) soutient les jeunes MENA en transit et tou‑te‑s les acteurs/rices concerné‑e‑s, à travers des activités de sensibilisation, d’information, de formation et de soutien. Il est particulièrement important d’informer correctement les jeunes sur les possibilités d’accueil et de protection dont ils et elles peuvent bénéficier en Belgique, ainsi que sur les voies légales disponibles pour rejoindre des membres de leur famille dans d’autres pays européens.

« En leur proposant, pour une durée déterminée, un accompagnement et un soutien intensifs orientés vers leurs perspectives futures, l’obstacle vers le réseau officiel d’accueil est réduit. » explique Manou. Ce premier contact personnalisé avec le réseau d’accueil permet de développer une relation de confiance avec les jeunes en transit, et facilite ensuite leur accès éventuel au réseau d’accueil officiel. Cela permet à terme qu’il y ait de moins en moins de disparitions.

Les jeunes MENA en transit peuvent compter sur notre soutien et un accompagnement de première ligne. Facilement accessibles, ils s’articulent autour de deux axes :

  • Information : via des sessions d’information individuelles qui portent sur tous les aspects de la protection et de l’accueil des MENA. C’est une première manière d’établir  une relation de confiance avec ces jeunes
  • Orientation vers les lieux d’accueil disponibles : nous leur offrons des conseils et un accompagnement intensif pour élaborer des perspectives d’avenir et envisager leur entrée durable dans le système d’accueil.

Soutenir tous les acteurs/rices

Nous soutenons également toutes les instances qui sont en contact avec ces jeunes en situation de vulnérabilité. Mieux informées, elles pourront à leur tour mieux les orienter :

  • Échanges avec les acteurs concernés : focus continu sur la question des MENA en transit et partage d’informations sur les réalités du terrain.
  • Sensibilisation des décideurs politiques de la Région de Bruxelles-Capitale et des services de l’aide à la jeunesse : par le biais de formations, sensibilisation quant aux vulnérabilités et aux besoins (d’accueil) spécifiques du groupe-cible.
  • Helpdesk : pour les familles qui accueillent bénévolement des jeunes via la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés et pour les tuteurs/trices spécialisé-e-s.
  • Formulation de recommandations pour un (pré-)accueil adapté des MENA en transit, sur base de notre expérience de terrain et des consultations avec les acteurs/trices impliqué‑e‑s.

Note :

1

Plate-forme Mineurs en exil, Dossiers thématiques MENA : Définition et statistiques, consulté le 15/04/2021.

Aidez-nous

Faites un don

Les dons de 40 € ou plus sur base annuelle sont déductibles fiscalement. Vous récupérez jusqu’à 45 % de votre don.

Une question ? Contactez-nous

Actualités associées