Résilience des victimes de Boko Haram et de la crise alimentaire

Caritas International Belgique Résilience des victimes de Boko Haram et de la crise alimentaire

© Sam Phelps/Caritas

© Sam Phelps/Caritas

29/08/2018

LIEU:

Région de Diffa

BUDGET:

762.086 €

DUREE:

10 mois du 1er juin 2018 au 31 mars 2019

PARTENAIRE LOCAL:

Caritas Développement Niger (CADEV Niger)

FONDS PROPRES:

100.000 €

Contexte : secte Boko Haram et crise alimentaire

Située à plus de 1.300 km à l’est de Niamey, la région de Diffa est frontalière du Nigeria sur plus de 150 kilomètres. Depuis 2012, elle accueille des déplacés du Nigeria qui fuient les multiples attaques de la secte Boko Haram. Jusque fin 2014, les attaques de cette secte ont été circonscrites au territoire du Nigeria. Depuis 2015, elles ont pris une nouvelle dimension et ont eu lieu au Niger même. Ces attaques ont provoqué des mouvements de populations à l’intérieur de la région de Diffa et au-delà.

Maintenant, presqu’un habitant sur deux de la région de Diffa est une personne réfugiée ou déplacée, alors que les moyens d’existence dans cette zone (principalement pêche, culture du poivron & taxi-moto) ont été temporairement interdits pour des raisons de sécurité. Cela a un impact important sur les moyens de subsistance des populations.

Sur le plan agropastoral, la récolte de 2017 dans la région est déficitaire et plus de 418.195 personnes sont en situation d’insécurité alimentaire. La situation est donc toujours extrêmement difficile pour les populations hôtes, déplacées et réfugiées. La situation actuelle n’étant pas favorable au retour des réfugiés et déplacés, les besoins humanitaires restent énormes.

Objectif : réduire la vulnérabilité

Via ce projet, nous visons à contribuer à la protection et au renforcement de la résilience des populations hôtes, déplacés internes et réfugiés hors camp victimes des effets conjugués de Boko Haram et de la crise alimentaire dans la Région de Diffa.

Activités

Afin de réaliser ces objectifs, nous mettons en place :

  • l’identification et enregistrement des 1.500 ménages (déplacés, réfugiés ou hôtes), des femmes bénéficaires d’AGR (activités génératrices de revenus) et des 200 jeunes pour les activités liées à l’environnement ;
  • un cash transfert par mois et par ménage, pendant 6 mois ;
  • une évaluation de la situation des centres récréatifs mis en place et le suivi de fonctionnement du centre ;
  • la formation des actrices de terrain sur la conduite des AGR (activités génératrices de revenus), l’octroi du petit capital aux femmes pour des AGR et le suivi de l’activité AGR ;
  • l’identification des jeunes filles et garçons sur la base de leurs activités et plans d’affaire ;
  • l’identification et formation par les pairs de 75 jeunes sur le vivre-ensemble ;
  • la collaboration avec une troupe théatrale de Diffa pour l’animation des caravanes et l’organisation de 3 caravanes de sensibilisation dans chaque commune ;
  • l’acquisition et l’octroi de 500 kits de foyers améliorés ;
  • l’organisation de séances de sensibilisation sur le danger de la surcoupe de bois de chauffe.

Public-cible

Ce projet vise une répartition des différents groupes-cibles :

  • 1.500 ménages (700 déplacés internes, 400 ménages de réfugiés hors camp et 400 ménages hôtes) ;
  • 200 enfants non scolarisés issus des ménages déplacés ;
  • 500 femmes pour les AGR ;
  • 200 jeunes filles ou garçons pour renforcer leurs activités économiques ;
  • 500 femmes bénéficiaires pour les foyers améliorés ;
  • 15.000 personnes qui seront sensibilisées par les jeunes sur le vivre ensemble à travers des caravanes.

 

Aidez-nous

Faites un don

Les dons de 40 € ou plus sur base annuelle sont déductibles fiscalement. Vous récupérez jusqu’à 45 % de votre don.

Une question ? Contactez-nous