Assistance et accompagnement des personnes migrantes

Caritas International Belgique Assistance et accompagnement des personnes migrantes

© Caritas Niger - Tilliberi, Gennaio Niger (2013)

© Caritas Niger - Tilliberi, Gennaio Niger (2013)

29/08/2018

LIEU:

Régions d’Agadez et de Niamey

BUDGET:

659.788 €

DUREE:

3 ans du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2019

PARTENAIRE LOCAL:

Caritas Développement Niger (CADEV Niger)

FONDS PROPRES:

90.000 €

Contexte : des flux migratoires importants

A l’instar de plusieurs pays dans le monde, le Niger est sérieusement affecté par le phénomène de la migration des jeunes. En effet, la courte durée de la saison des pluies, conjuguée à l’exiguïté du marché de l’emploi et à la situation socio-économique précaire du pays dans son ensemble, n’offre pas l’opportunité à cette frange de la population d’avoir un emploi permanent. Agadez, ville située au Nord du pays, est depuis longtemps un point de transit de la migration saisonnière des Nigériens vers la Lybie et l’Algérie.

Au-delà de la migration saisonnière locale, le Niger est une zone de transit de grande importance en Afrique de l’Ouest. En effet, de nombreuses routes migratoires convergent vers Agadez. Là, les candidats à la migration doivent trouver un passeur leur permettant de traverser le désert pour ensuite se diriger vers les côtes lybiennes ou algériennes, avant d’embarquer sur la Méditerranée. L’Union européenne ayant signé des accords de réadmission et de refoulement des candidat-e-s à la migration en Europe, ces pays, l’Algérie et la Lybie, sont ainsi devenus les gendarmes de l’Europe. Les personnes migrantes finissent donc toujours par être refoulées et reconduites systématiquement vers Agadez. Ils passent ensuite par Niamey pour atteindre leur lieu de départ.

Les candidats à la migration s’exposent, après Agadez, à de nombreux dangers naturels comme par exemple la traversée du désert. Ils risquent également de nombreuses atteintes au droit de l’Homme se traduisant en violences ou à la non-assistance aux personnes en danger.

Objectif : réduire la vulnérabilité et renforcer les capacités

Le projet vise à contribuer à réduire la vulnérabilité des personnes migrantes sur le territoire nigérien, qu’elles soient candidates au départ pour l’Europe ou qu’elles aient été refoulées, en leur fournissant une aide humanitaire. Caritas International renforce aussi les capacités de la Caritas locale – CADEV Niger – en matière d’accueil, d’orientation et d’accompagnement des personnes migrantes.

Activités

Afin de réaliser ces objectifs, nous mettons en place :

  • des activités de sensibilisation et d’information des personnes candidates au départ en Europe à propos de leurs droits et devoirs ainsi que sur la réalité de la migration ;
  • une assistance aux personnes qui ont été refoulées du continent européen et aux personnes rapatriées de la Lybie et de l’Algérie ainsi que les candidats au retour volontaire ;
  • un renforcement des capacités de la Caritas locale – CADEV Niger – en matière d’accueil, d’orientation et d’accompagnement des personnes migrantes.

Public-cible

Trois groupes-cibles ont été identifiés dans le cadre de ce projet :

  • les candidats au départ pour l’Europe ;
  • les personnes refoulées du continent européen ;
  • les personnes de nationalité nigérienne ou de toute autre nationalité qui sont rapatriées d’Algérie et de Lybie.

Les bénéficiaires directs du projet sont les migrants étrangers (qui composent 95% des migrants) et les refoulés nigériens (5%) y compris les enfants et les femmes qui reviennent d’Algérie ou de la Lybie. Le nombre de bénéficiaires directs est estimé à environ 150 par mois, c’est-à-dire 1.800 personne par an et donc, 5.400 sur la durée du projet.

Aidez-nous

Faites un don

Les dons de 40 € ou plus sur base annuelle sont déductibles fiscalement. Vous récupérez jusqu’à 45 % de votre don.

Une question ? Contactez-nous