Système de veille humanitaire et de gestion de crise en Equateur

Caritas International Belgique Système de veille humanitaire et de gestion de crise en Equateur

© Caroline Thirion

© Caroline Thirion

30/06/2017

Lieu:

Les 5 provinces de la région Nord-Ouest : Equateur, Tshuapa, Mongala, Nord et Sud-Ubangi.

BUDGET:

€ 77.000

Durée:

De juin 2018 à janvier 2019

partenaires locaux:

Les diocèses de Molegbe, Lisala, Lolo, Budjala, Mbandaka-Bikoro, Basankusu et Bokungu-Ikela.

fonds propres:

€ 2.500

OBJECTIFS

Les objectifs de ce système de veille et d’alerte humanitaire sont doubles :

  • Permettre aux populations locales, à travers nos partenaires locaux, de faire rapidement remonter leurs besoins humanitaires en cas de crise ;
  • Utiliser ces informations pour orienter l’aide humanitaire vers les zones les plus touchées.

Les données – relatives à des violences, un affrontement, une destruction de biens ou d’infrastructures, un aléa climatique, un déplacement de personnes, etc. – sont ainsi collectées par le réseau Caritas, dans les sept diocèses de la province ecclésiastique de Mbandaka (Molegbe, Lisala, Lolo, Budjala, Mbandaka-Bikoro, Basankusu et Bokungu-Ikela). Elles sont ensuite transmises à Caritas Congo et Caritas International qui compilent les informations avant de les transmettre à OCHA, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.

L’avantage ? Le système permet d’informer sur une situation en moins de 24 heures dans un contexte sécuritaire souvent très précaire et de cibler les réponses humanitaires vers les besoins les plus pressants.

Contexte

Ces dernières années, les 5 provinces de l’Equateur n’ont de cesse d’être touchées par différentes crises : une épidémie d’Ebola, l’arrivée de plus de 100.000 réfugiés venus de Centre-Afrique en 2014, une malnutrition récurrente, des inondations,… C’est surtout la province de la Mongala qui subit les conséquences des changements climatiques. Inondations, feux de forêts, érosion, glissements de terrain,… ont conduit à des pertes matérielles énormes, à des dégradations d’infrastructures communautaires (différentes écoles, centres de santé, églises,…) et ont un impact négatif sur la situation alimentaire et de santé des habitants.

La réponse humanitaire et l’évaluation des besoins, suite à de telles crises, sont souvent difficiles à cause de l’accessibilité limitée et d’un manque de canaux de communication rapides. C’est pourquoi Caritas, via son réseau, a mis en place en novembre 2015 un système de veille et d’alarme humanitaire. L’objectif ? Transmettre rapidement des informations humanitaires aux ONG et au gouvernement. Le projet actuel vise à faire perdurer ce système et met l’accent sur une meilleure utilisation de ces informations par les acteurs humanitaires au Congo.

PUBLIC-CIBLE

Actuellement, plus de 300 messages d’alerte ont été transmis à OCHA par le réseau Caritas. Ils ont été collectés par les partenaires locaux : les diocèses de Molegbe, Lisala, Lolo, Budjala, Mbandaka-Bikoro, Basankusu et Bokungu-Ikela. Ensemble, ils couvrent une zone plus grande que l’Allemagne avec plus de 8 millions d’habitants.

Aidez-nous

Faites un don

Les dons de 40 € ou plus sur base annuelle sont déductibles fiscalement. Vous récupérez jusqu’à 45 % de votre don.

Une question ? Contactez-nous

Actualités associées