Le retour au Maroc renforcé grâce au réseau ERRIN

Caritas International Belgique Le retour au Maroc renforcé grâce au réseau ERRIN
01/06/2016

Du premier juin 2016 au 31 mai 2017 inclus, Caritas International soutient le retour et la réintégration de ressortissants marocains dans leur pays d’origine dans le cadre du réseau européen de retour et réintégration (ERRIN). Désormais, ceux qui souhaitent rentrer au Maroc, depuis la Belgique, le Danemark, l’Allemagne, la Finlande, la France, la Grèce, l’Italie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, l’Australie, la Norvège, l’Autriche, la Roumanie, l’Espagne, la Suède, la Suisse et le Royaume-Uni peuvent obtenir un soutien à la réintégration grâce au ERRIN.

En effet, de nombreux citoyens marocains n’ont pas obtenu de permis de séjour valable dans leur pays d’accueil ou ont souhaité, après un moment, rentrer volontairement au pays. Caritas International souhaite aujourd’hui renforcer cet accompagnement au retour grâce à sa participation au ERRIN. Notre organisation travaille pour se faire en étroite collaboration avec Fondation Orient-Occident. Le programme offre aussi une assistance à la réintégration dans les cas de retours non volontaires.

Ainsi, Caritas International et Fondation Orient-Occident, comme ‘point de contact unique’, travaillent de concert au retour de ressortissants marocains depuis de nombreux pays d’accueil.

« Cela signifie que nous allons être amenés à utiliser notre expertise de terrain en matière, entre autres, de ‘consultance pré-départ’ et de réintégration après retour dans le réseau ERRIN », explique Asmaa Benali, conseillée aux retours et à la réintégration au Maroc à Caritas International.

Qu’offrons-nous ?

Les services de réintégration proposés par Fondation Orient-Occident comprennent :

  • une aide de base à l’arrivée de la personne rentrée, comme son accueil à l’aéroport, le transport vers un logement temporaire ou définitif en Maroc, un logement d’urgence si nécessaire,…
  • un soutien à la formation professionnelle et à l’éducation ;
  • un soutien pour accéder au marché de l’emploi (formation pour écrire un CV par exemple, etc.) ;
  • un soutien à la recherche d’emploi ou la mise sur pied d’un micro-business ;
  • d’autres formes de soutien sur mesure ou en fonction des besoins de la personne de retour dans son pays, avec une attention particulière pour les groupes les plus vulnérables (ex : les femmes, les personnes porteuses d’un handicap physique ou mental, les victimes de traffic ou de contrebande et les MENA – mineurs étrangers non accompagnés).

Ce projet est rendu possible grâce à :

Avec le soutien du réseau européen de retour et réintégration (ERRIN) et le Fonds asile, migration et intégration (AMIF). Vers une politique de migration plus intégrée, grâce au AMIF.

Et :

  • Allemagne – Federal Office for Migration and Refugees
  • Australie – Department of Immigration and Border Protection
  • Autriche – Ministry of Interior
  • Belgique – Federal Immigration Office et Federal Agency for the Reception of Asylum Seekers
  • Danemark – Ministry of Foreign Affairs
  • Espagne – Integration of Immigrants Migration Board
  • Finlande – Finnish Immigration Service
  • France – French Immigration and Integration Office
  • Grèce – Ministry of Public Order and Citizen Protection
  • Italie – Ministry of Interior
  • Luxembourg – Ministry of European and Foreign Affairs
  • Malte – Ministry for Home Affairs and National Security
  • Norvège – Norwegian Directorate of Immigration
  • Pays-Bas – Repatriation and Departure Service
  • Roumanie – General Inspectorate for Immigration
  • Royaume-Uni – Home Office – Immigration Enforcement
  • Suède – Swedish Migration Agency
  • Suisse – State Secretariat for Migration

Actualités associées

Toutes les actualités