Le président de Caritas Syrie témoigne devant le Parlement européen

Caritas International Le président de Caritas Syrie témoigne devant le Parlement européen
27/01/2017

Dans une allocution émouvante, Monseigneur Audo, évêque d’Alep et président de la Caritas Syrie, a réaffirmé l’importance du dialogue et de la réconciliation. « Nous ne pouvons nier les violations des droits universels de l’homme en Syrie mais nous devons sublimer le jugement, la condamnation et les sanctions. Alors seulement, une paix durable sera possible. »

Invité par la sous-commission des droits de l’homme du Parlement européen, Mgr Audo, évêque d’Alep et président de la Caritas Syrie, était hier en Belgique. A son agenda : une audition publique au Parlement européen sur la crise en Syrie et les droits de l’homme.

Témoin privilégié

Mgr Audo est un témoin privilégié : il vit et travaille à Alep depuis des années. Avec près de 200 collaborateurs Caritas et de nombreux volontaires, il s’engage au quotidien à soutenir les plus démunis. Un peu partout en Syrie, Caritas distribue de la nourriture, des vêtements et du carburant, et s’occupe de trouver des logements et d’octroyer des soins médicaux aux plus vulnérables.

Les autres intervenants au Parlement européen étaient : Shiyar Khaleal, un représentant de la société civile syrienne ; Matthias Behnke, coordinateur du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme ; Pr Joshua Landis, directeur du centre pour études du Moyen-Orient à l’université de Oklahoma et Sarah Leah Whitson, directrice de Human Rights Watch Moyen-Orient.

Dignité humaine, solidarité et bien commun

Pour Mgr Audo, la doctrine sociale de l’Eglise est le principe de base. « La dignité humaine, la solidarité et le bien commun : voilà nos valeurs fondamentales » souligne-t-il. Les Chrétiens ne sont pas mieux que les autres aux vues de leurs origines ou de leur religion. Ils doivent aspirer à un dialogue fort et à la réconciliation dans le respect de l’autre. Cela dit, Mgr Audo réaffirme qu’il ne faut pas oublier les atrocités commises par tous les acteurs du conflit.

Mgr Audo est formel : Selon ses moyens et dans le cadre du possible, Caritas soutient tous les Syriens dans le besoin, aussi les non-Chrétiens. Caritas collabore en toute confiance avec le Croissant-Rouge syrien, organisation liée à la Croix-Rouge.

Eduquer à la citoyenneté

Depuis la défaite des rebelles à l’est d’Alep, une paix relative règne en ville. Les habitants osent à nouveau espérer que la paix soit possible. Caritas y a ouvert un centre pour mamans et leurs nourrissons et pour les personnes âgées. Le Croissant-rouge a également demandé à Caritas de prendre en charge 500 familles.

Les armes doivent se taire. Il nous faut de la nourriture, de l’eau, de l’électricité, du gaz et des soins médicaux. Et le plus rapidement possible : de l’éducation et du travail. « L’un des piliers essentiels dans la construction de la paix est l’éducation des jeunes à la citoyenneté », commente Mgr Audo. « L’éducation à la réconciliation. Ainsi seulement, la paix sera durable. »

Lisez ici le compte-rendu de cette audition au Parlement européen.

Actualités associées

Toutes les actualités