Une histoire poignante derrière chaque débarquement à Lesbos

Caritas International  Une histoire poignante derrière chaque débarquement à Lesbos
16/11/2015

Les dirigeants des pays membres de l’Union européenne et des pays d’Europe de l’Est se sont réunis pour discuter du sort des migrants et adopter un plan d’action commun. En effet, au mois d’octobre seulement, plus de 218.000 réfugiés et migrants ont atteint par la mer les côtes grecques, soit 33% du total des arrivées de 2015. Caritas International continue d’aider les partenaires sur place et se prépare à un nouvel afflux de réfugiés et de demandeurs d’asile.

histoire_poignante_lesbos-slide01

Réfugiés attendant un bateau en Turquie. Photo © Isabel Corthier

Les observateurs recensent davantage d’Afghans et de familles avec des jeunes enfants. La situation à Lesbos est toujours très critique. Plusieurs embarcations ont coulé, emportant avec elles la vie de 42 personnes. Le constat est criant : il faut renforcer les capacités de recherche et de secours dans la mer Egée, et surtout améliorer les voies juridiques pour que les réfugiés puissent rejoindre l’Europe en toute légalité. Parce que derrière ces chiffres, n’y a-t-il pas toujours une histoire, une vie à sauver ?

Avec l’arrivée de l’hiver, les autorités des pays concernés, ainsi que le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (UNHCR), essaient d’améliorer les conditions d’accueil, en augmentant le nombre de places d’urgence, en soutenant les différentes administrations pour accélérer l’enregistrement des personnes aux postes frontières et aident en priorité ceux qui ont des besoins spécifiques. Caritas a notamment distribué des packs alimentaires et surtout monté des tentes médicales aux endroits clés. En moyenne, elles accueillent une centaine de patients par jour.

Barhang est volontaire et étudiant en 6e année de médecine à la Debrecen University en Hongrie. Originaire d’Iran mais en Hongrie depuis l’enfance, il parle le farsi, une compétence très utile lorsqu’il doit réconforter certains parents. « Les gens arrivent par vagues », nous explique-t-il. « Il y a des périodes horribles, et puis le calme pendant plusieurs heures. Tu ne sais jamais ce qu’il va se passer. ( …) Le cas le plus sérieux qu’on ait eu à traiter ici, c’est celui d’une petite fille en état de choc. Son cœur ne pompait plus le sang correctement, toutes ses veines et ses artères étaient dilatées. Elle n’avait plus de pression sanguine. Je ne suis pas sure de l’origine de tous ces symptômes. Ça aurait pu être la fatigue, le stress prolongé, le manque d’eau ou de nourriture… »

Caritas International Belgique souhaite non seulement prêter main forte à tous les membres du réseau qui se mobilisent actuellement pour offrir un accueil digne à tous les migrants qui foulent leur sol. Mais elle veut aussi se préparer à la prochaine vague de migrants à loger en urgence et à accompagner dans les prochaines semaines. Ces actions seront menées dans la continuité de ce qui a déjà été fait ces dernières semaines.

 

Pouvons-nous encore compter sur votre soutien ? D’ores et déjà un tout grand merci !

Actualités associées

Toutes les actualités