En aide aux réfugiés sud-soudanais en Ouganda

Caritas International  En aide aux réfugiés sud-soudanais en Ouganda
14/02/2014

Depuis fin décembre 2013, le Soudan du Sud sombre à nouveau dans la guerre. Plus de 45.000 personnes ont dû se réfugier en Ouganda. Et près de 10.000 d’entre elles survivent aujourd’hui dans les conditions précaires du camp « Rhino », abandonnées à leur sort dans la région d’Arua. Caritas International y soutient 350 familles réfugiées, leur apportant une aide sur le plan alimentaire et de l’hygiène.

Dans l’enfer du camp « Rhino »

Depuis la reprise des violences en décembre dernier, 45.000 personnes ont fui le Soudan du Sud pour se réfugier en Ouganda. Parmi ces dernières, 9.800 Sud-Soudanais ont passé la frontière à hauteur de Kaya, dans le diocèse de Yei où Caritas International opère déjà. Acheminés par l’UNHCR jusqu’au camp voisin de « Rhino », ils y survivent aujourd’hui dans des conditions difficiles. Témoins de leurs difficultés, les équipes de Caritas présentes à Yei ont décidé d’augmenter leur capacité de réponse et d’élargir leurs activités au diocèse voisin d’Arua. Dès mars, une partie de la population du camp – 350 familles vulnérables – aura accès à des infrastructures sanitaires, ainsi qu’à des outils agricoles et des semences, grâce à Caritas International. Le camp compte au total 1.500 familles, et Caritas International espère étendre son appui à l’ensemble des refugies qu’abrite le camp Rhino.

 

Survivre au milieu de nulle part

Le camp « Rhino » n’est pas un camp de réfugiés comme les autres. Et pour cause, il se situe au cœur d’une région de 900 kilomètres carrés parmi les plus inhospitalières et dépeuplées d’Ouganda. Chaque ménage a reçu dès son arrivée une aide alimentaire, quelques biens de première nécessité, tels que des ustensiles de cuisine, des couvertures et de quoi construire un abri de fortune. Répartis en 16 groupes sur la surface disponible, ils disposeront chacun de 1.200 m2 de terres cultivables. Les organisations Oxfam et ZOA leur aménagent aujourd’hui de nouveaux points d’eau. Mais ceci ne constitue que de bien maigres perspectives de survie et d’avenir pour les familles.

Vivre dans la dignité

La crise que connait aujourd’hui le Soudan du Sud pourrait durer des années et il importe pour Caritas d’offrir à ces personnes, prises en otage par les violences, de mener une existence digne. La saison des pluies est annoncée pour fin mars dans le nord de l’Ouganda, et avec elle le spectre des maladies hydriques. Ce constat pousse Caritas à organiser des sessions de sensibilisation à l’hygiène auprès des réfugiés et à construire près de 350 latrines. Aidez-les à vivre dans la dignité.

L’autosuffisance pour perspective

L’arrivée de la saison des pluies coïncide également avec la saison des semis. A leur arrivée, ainsi qu’en période de sécheresse (3 mois), les habitants du camp reçoivent une assistance alimentaire du Programme Alimentaire Mondial (PAM). Mais cette aide est amenée à se réduire et, au bout d’un an, il leur revient de pourvoir à leurs propres besoins. C’est la raison qui conduit Caritas International à assurer des distributions d’outils agricoles, de semences de céréales, d’haricots et d’autres légumes. De sorte que les familles peuplant le camp aient accès à une alimentation saine et variée, et puissent à terme se passer de l’aide alimentaire du PAM. Caritas était la première organisation à préparer la campagne agricole de 2014, raison pour laquelle l’UNHCR (Haut-Commissariat pour les Réfugiés) a demandé à ce qu’elle coordonne à l’avenir l’ensemble des efforts d’appui aux activités agricoles des réfugiés du camp.

Actualités associées

Toutes les actualités