Autonomie et dignité pour les réfugiés sud-soudanais en Ouganda

Caritas International Autonomie et dignité pour les réfugiés sud-soudanais en Ouganda

© Caritas International

01/12/2016

Le 9 juillet dernier, le fragile processus de paix du Soudan du Sud s’est effondré lorsque le gouvernement et les forces de l’opposition se sont affrontés à Juba, la capitale du pays. Ces dernières ont fui vers la frontière congolaise et le gouvernement les a poursuivis. L’Etat de la Rivière Yei, jusqu’ici toujours paisible, est aujourd’hui en guerre. En moins de deux mois, plus de 240.000 personnes ont quitté le pays, incitant le gouvernement ougandais à ouvrir un camp de réfugiés à Bidi Bidi.

Quelques semaines plus tôt, Bidi Bidi était encore une forêt. Aujourd’hui, c’est le foyer de 169.000 personnes et l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. La saison des pluies de l’année s’achevant enfin, les équipes d’urgence de Caritas Ouganda ont lancé un appel à la solidarité. Plusieurs organisations internationales de Caritas et le gouvernement suisse se sont mobilisés et ont récolté assez de fonds pour venir en aide à plus de 20.000 réfugiés. Parallèlement, le gouvernement ougandais a demandé à Caritas de répondre aux besoins des 42.000 réfugiés de la zone 2 de Bidi Bidi. Caritas Ouganda implore de l’aide jusqu’à ce que leurs besoins soient rencontrés.

Le 22 octobre, voilà qui est chose faite, grâce à la distribution de graines et d’outils. Certains jours, des volontaires sont venus prêter main forte à l’équipe  en partageant les 10.000 outils et les 10 tonnes de semences de légumes. Ainsi, les réfugiés peuvent ainsi faire pousser des légumes et des légumineuses et enfin améliorer leur régime alimentaire. Le 26 octobre, le Nonce Papal Nuncio, l’Archevêque Blume, l’Evêque du diocèse d’Arua et le Révérend Sabino Odoki étaient présents lors de la distribution, dans le but de donner un message d’espoir aux réfugiés.

Cette activité était en 12 mois de programme la première qui rendait concrètement la dignité et l’autonomie aux réfugiés, en fournissant des serviettes hygiéniques, des moustiquaires, des semences et un soutien agricole quotidien. Afin d’aider les réfugiées à optimiser ce temps loin de chez eux, le programme veut également inscrire 420 jeunes réfugiés à des formations professionnelles et d’agronomie dans des instituts techniques de la région. Comme leur exil est probablement temporaire, Caritas ne veut pas seulement gérer la situation actuelle des réfugiés, le réseau veut aussi être sûr qu’ils seront prêts à se réinstaller dans leur pays d’origine  une fois que la situation s’y sera stabilisée.

Les terres sur lesquelles se sont installés les réfugiés appartiennent à des Ougandais. Pour les remercier de leur générosité et leur solidarité, Caritas Ouganda soutiendra également 4.000 Ougandais vulnérables qui vivent autour des camps. Ils pourront également s’engager dans une campagne massive de plantation d’arbres pour compenser la déforestation causée par l’installation du camp.

dscn0049

Actualités associées

Toutes les actualités