Caritas International L’histoire d’Igor
Caritas International L’histoire d’Igor
06/02/2017

Son retour en Ukraine

Lorsqu’en 2014, Igor migre vers la France, sa famille en Ukraine nourrit de grandes attentes. Il trouvera sûrement un travail dans le bâtiment et pourra envoyer de l’argent. De l’argent pour une vie meilleure. Personne ne s’attendait à le revoir, un an plus tard, à la télévision. Dans un appel à témoins.

Igor a du mal à marcher et est aveugle d’un côté. Il vit à Anvers, dans un centre pour sans-abris. Il semble troublé, confus. Engager une conversation normale avec lui n’est pas chose aisée. Il dit venir d’Ukraine mais n’a aucun papier sur lui qui puisse prouver ces affirmations.

Grâce à l’aide de Thomas, collaborateur de Caritas International, et d’une carte du pays, Igor réussi à identifier sa région d’origine en Ukraine. La Caritas Ukraine est appelée à l’aide. Ces-derniers font publier un appel à témoin à la télévision nationale et via les médias sociaux.

Igor est reconnu. Par son fils. Sa femme appelle Caritas et raconte…

Grave accident de travail

Igor travaillait en France et avait régulièrement des contacts avec sa famille restée au pays. Tout semblait bien se passer jusqu’à ce qu’il lui arrive un grave accident de travail. Après ça, Igor semble confus au téléphone. Bizarre. Sa femme et son fils se font beaucoup de soucis. Il est seul et tellement loin…

Introuvable

La famille décide alors de se rendre en France et de ramener Igor en Ukraine. Mais arrivés en France, Igor a disparu. Il ne s’est plus rendu à l’hôpital où il était suivi depuis des semaines. Personne ne sait où il est. La famille doit se résigner à rentrer en Ukraine en espérant rapidement avoir de ses nouvelles. Un espoir qui se mue en crainte et peur. Peur de ne jamais le retrouver.

Enfin réunis

Grâce à Caritas, Igor a pu retrouver sa famille. Malgré son air confus, Igor n’avait de cesse de raconter qu’il vivait en Ukraine. Il parlait constamment de Lviv, une grande ville à l’ouest du pays et à environs 100 km de son habitation. Il irait à pieds, disait-il, « toujours tout droit le long de la E17 ».

Le 25 avril 2016, Igor rentre en Ukraine. Il est accompagné de Thomas avec qui il a – entre temps – construit des liens de confiance. A l’aéroport de Lviv, toute une délégation l’attend : sa femme, son frère, son neveu, son fils et Caritas Ukraine. La rencontre est difficile : Igor ne reconnaît que son frère. La famille – préparée à cette éventualité – a beaucoup de mal à assimiler cette nouvelle réalité : l’Igor en pleine santé qu’ils ont quittés en 2014 n’est plus le même.

Maison à la campagne

Après son retour, Igor est accueilli par sa femme dans leur maison à la campagne. Jour après jour, sa mémoire s’améliore : il reconnait le voisinage, les voisins, les amis d’enfance, sa femme et finalement aussi son fils.

Aujourd’hui, Igor est reconnu invalide et touche une petite allocation de l’état. Sa femme et son fils travaillent. Avec l’argent du budget réintégration, reçu grâce au soutien de Caritas International, la famille paye les soins médicaux. Igor a été opéré à l’œil et recouvre aujourd’hui la vue. Comme il ne peut plus travailler, la famille a également investi dans des outils pour l’agriculture afin qu’Igor puisse – à petite échelle – cultiver des légumes.

A cause de son état confus, la vie d’Igor se limite à la campagne, plus sûre (il ne peut se perdre, tout le village le connaît) et qui permet un léger travail physique dans le jardin. Pas à pas, lentement mais sûrement, sa situation s’améliore.

Histoires associées

Toutes les histoires