Le deal UE-Turquie : un 1er anniversaire amer

Caritas International  Le deal UE-Turquie : un 1er anniversaire amer
16/03/2017

Le réseau Caritas européen trouve honteux la façon dont l’accord UE-Turquie cloisonne des milliers de personnes sur les îles Grecques, et ce dans des conditions de vie souvent inhumaines et dégradantes ce qui a inévitablement conduit d’autres personnes à prendre des routes plus dangereuses pour chercher une protection dans l’UE.

Des milliers de personnes partagent le sort de cette famille irakienne et se retrouvent ainsi dans les limbes en Grèce, dans une très grande incertitude. Le réseau Caritas européen demande aux gouvernements des membres de l’UE de trouver des solutions durables pour ces personnes. Aujourd’hui, l’accès à une protection internationale – à laquelle ils ont droit ! – leur est refusée. L’accord UE-Turquie n’est pas une solution puisqu’il ne respecte pas les droits fondamentaux de l’Homme et transfère la responsabilité des Etats membres quant au droit humanitaire et international vers les états d’origine et de transit. Par conséquent, un tel accord bilatéral ne devrait en aucun cas être reproduit.

Le réseau Caritas européen en appelle aux Etats membres et leur demande :

  • De respecter leurs promesses quant à la relocalisation des 92.454 personnes en attente (sur 106.000 places accordées) et de continuer les efforts en matière de réinstallation des 8082 personnes en attente par rapport aux quotas accordés (22.504) ;
  • Prioriser au sein des accords bilatéraux le respect de la dignité humaine ;
  • Mettre en place des procédures d’asile justes et transparentes et des conditions d’accueil dignes ;
  • D’organiser et d’ouvrir des voies d’accès sûres et légales pour venir dans l’UE (notamment grâce à la réinstallation, couloirs humanitaires, visas humanitaires ou regroupement familial) ;
  • Ne pas utiliser l’aide publique au développement comme outil pour freiner les flux migratoires. Au lieu de cela, cette aide devrait être utilisée pour lutter contre la pauvreté dans les pays non membres de l’UE, tel que le prévoit le traité de Lisbonne (article 208).

Actualités associées

Toutes les actualités