3 questions à André, volontaire au Housing-café

Caritas International 3 questions à André, volontaire au Housing-café
20/09/2017

André est volontaire pour Caritas International. Toutes les semaines, il passe plusieurs heures à accompagner des réfugiés reconnus dans leur recherche de logement.

Quelles sont vos tâches ?

André :  « J’aide les réfugiés reconnus à trouver un logement. Dès l’obtention du statut de réfugié, ces personnes n’ont que deux mois pour quitter la structure d’accueil pour demandeurs d’asile dans laquelle ils séjournaient. C’est très court et quasi impossible, pour eux, de trouver à se loger sur le marché locatif privé sans connaître la langue et, souvent, sans argent. Une fois par semaine, je viens donc au Housing-café et, ensemble, nous cherchons un logement. Sur Internet, dans les petites annonces,… Ensuite, quand on trouve un logement approprié, on appelle le propriétaire et on va visiter.

Le plus important est d’être à l’écoute : essayer d’affiner les souhaits des personnes. Mais aussi travailler sur les idées préconçues. Certains réfugiés ne connaissent pas le coût de la vie en Belgique. Nous leur expliquons que certains logements sont hors de prix pour eux. On ne peut pas aller contre leur souhait initial – par exemple d’habiter dans une grande ville – mais on essaye au maximum de les aiguiller en leur expliquant, par exemple, qu’une plus petite ville a plus d’avantages pour eux. »

Pourquoi êtes-vous devenu volontaire pour Caritas International ?

André : « Nous avions entendu l’appel via notre réseau et sommes venus écouter lors de la première réunion d’information organisée par Caritas International à Liège en octobre dernier. Ma femme, Madeleine, et moi avons toujours été fort sensibles à la problématique des réfugiés. Nous sommes grands-parents et voir des enfants qui souffrent, on ne le supporte plus. Nous voulions aider.

Et puis, être volontaire, c’est aussi s’enrichir soi-même. Nous sommes intéressés par les autres et leur culture mais n’avons pas l’occasion d’entrer en contact avec ces cultures. Nous avons le goût de la rencontre. Aujourd’hui, grâce au volontariat, nous sommes en contact avec tout un tas de cultures différentes. »

Qu’est-ce qui vous motive le plus ?

André : « Très certainement le groupe que nous formons avec les autres volontaires, dont des réfugiés bien intégrés. Des liens très forts se créent entre nous. Et ça, c’est formidable.

Il est vrai que, souvent, nous essuyons des refus de la part de propriétaires craintifs de loger un réfugié. Il faut, du coup, savoir se remotiver, ne pas lâcher prise. Mais quand un réfugié sort du Housing-café le sourire aux lèvres parce qu’il a été écouté, c’est très gratifiant et ça remotive tout de suite. J’ai vraiment eu de beaux échanges ces derniers mois. Un jour, par exemple, à la fin d’une journée de visite de logements, une maman m’a mis son bébé sur les genoux. C’était une telle marque de confiance ! Quel beau geste. »

Devenir volontaire au Housing-café ?

Le Housing-café est un projet riche en défis avec des activités concrètes et variées. Il permet de rencontrer des personnes de cultures différentes, de découvrir de nouvelles réalités, de partager un projet de société avec une équipe conviviale et motivée.

Rejoignez l’équipe de volontaires de Caritas et participez, vous aussi, à l’intégration des refugiés en Belgique ! Contactez-nous sur volontaires-vrijwilligers@caritas.be ou cliquez ici pour savoir plus.

Actualités associées

Toutes les actualités